à la Une
Publié dans Coup de <3, Roman pour adolescents

Critique littéraire n°18 : Tortues à l’infini.

Bonjour à tous ! Bonne année à vous ! (Même si je pense que l’on vous l’a souhaité plus d’une fois, ce n’est pas grave ahah !).

Aujourd’hui je vais vous parler d’un de mes coups de ❤ de la fin de l’année 2017, il s’agit de Tortues à l’infini, écrit par le magnifique John Green et publié aux éditions Gallimard Jeunesse le 10 octobre 2017 ! Pour ce qui est du genre du livre, c’est un roman pour adolescents, comme la plupart des œuvres de l’auteur ! Ses 352 pages ont su faire chavirer mon cœur… Je vous expliquerai pourquoi en vous donnant mon avis !

Mon résumé :

Aza, 16 ans, a tout pour être heureuse, mais elle a grandi avec une pathologie psychologique, qu’elle désigne comme sa spirale. Sa vie changera-t-elle quand elle reverra Davis, son ami d’enfance, qui est aussi le fils d’un milliardaire disparu et recherché ?

Va-t-elle réussir sa mission (qui n’est pas de tout repos) : retrouver le père du jeune homme, contre une grosse somme d’argent. Mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

Mon avis :

Super, génial, merveilleux ! Je pense que vous avez compris ; j’ai adoré ! En même temps, il s’agit là d’un des livres de John Green allez-vous me dire… L’univers est vraiment top, je trouve qu’il est assez bien travaillé,sans non plus en faire trop. J’ai particulièrement été touchée par l’Île au trésor, qui représente l’enfance d’Aza et son amitié avec Davis. Ainsi que le restaurant où se retrouvent d’abord les deux meilleures amies puis les deux amoureux, qui lui me fait penser à un endroit de paix, assez intime, où nos héros pourront passer du temps à réfléchir…

Quant aux personnages, j’ai eu un gros coup de ❤ pour Aza, bien évidemment, bien que sa maladie la ronge et la rende quelques fois très renfermée sur elle-même, son caractère m’a marqué car elle n’abandonne pas, elle nous a même fait comprendre (avec d’autres mots) à la fin du livre « Je vais me détruire puis me reconstruire, car la vie est faite ainsi », et je trouve cela très courageux de sa part. Elle nous partage aussi ses sentiments et ses peurs avec une facilité déconcertante, et cela nous permet de mieux entrer d’en l’histoire de limite la vivre avec elle.

Parlons maintenant du style d’écriture : déjà que je le trouve exquis (comme dans Nos étoiles contraires, qui est aussi un de mes livres préférés, d’ailleurs, ça vous dirait une critique dessus ? Si oui, hop hop hop filez en commentaires ahah !) , je l’ai trouvé encore plus intime dans Tortues à l’infini (et je pense que c’est l’effet recherché car John Green souffre lui-même de cette maladie). Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, je n’ai pas du tout trouvé l’histoire « clichée » (Davis étant un fils de milliardaire et Aza une jeune fille de classe moyenne).

Pour finir, je pense qu’il n’y a que du bon dans ce roman, c’est pour cela que je vous le conseille fortement !

Sur ce, à très vite dans une prochaine critique !

Écrit par Miléna 😀

Publicités
à la Une
Publié dans Coup de <3, Découverte, Fantastique, Roman pour adolescents, Roman-feuilleton

Critique littéraire n°17: Les magiciens.

Bonne année ! Désolée pour ce silence mais mon ordinateur s’est cru en vacances ! Bref aujourd’hui je vais vous parler de la trilogie de Lev Grossman Les magiciens. Edité par l‘Atalante ce livre a été adapté en série diffusée par Syfy.

Qui a dit que la magie n’existait pas ?

C’est à Brooklyn qu’habite Quentin notre personnage principal. Il a 17 ans et c’est un adolescent brillant. Attendant d’intégrer une université de prestige il regrette le temps de son enfance où les « Chroniques de Fillory » le faisait rêver. Tout bascula le jour où il fût admis dans une université pas comme les autres. Brakebills est une école très secrète formant des magiciens !

Le monde réel même associé à la magie n’apporte pas forcément le bonheur… Il faudrait que l’univers de Fillory soit réel mais qui sait ?

Ce livre est vraiment un de mes coups de coeur et il est surtout adapté aux adultes et aux adolescents mais vraiment pas aux enfants. En le lisant j’ai vraiment eu du mal a m’arrêter. C’est vraiment une grande découverte! Je vais vous laisser la parce que mon ordinateur commence réellement à m’énerver..

Gros bisous et bonne soirée !! Lili

à la Une
Publié dans Roman pour adolescents

Critique littéraire n°16 : Boys don’t cry

Bonjour à tous ! Tout d’abord, joyeux Noël ! J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes en compagnie de vos proches et que le père Noël vous a gâté ! 😉

Aujourd’hui je vais vous parler d’un des livres d’une de mes auteures préférées ; Malorie Blackman, le livre s’intitule Boys don’t cry et a été publié aux éditions Milan, en 2011. C’est un roman pour adolescents de 320 pages, mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, il se lit rapidement !

Résumé :

Qui a dit que les garçons ne pleuraient jamais ?

A seulement 17 ans, Dante, un jeune étudiant qui attend avec appréhension les résultats de ses examens se retrouve avec un bébé sous les bras. Et pas n’importe lequel. Il s’agit en effet de sa fille, Emma. Comment va-t-il faire ? Et ses études ? Comment l’avouer à son père ? Et surtout, est-elle vraiment sa fille ?

Le jeune pré adulte va devoir apprendre rapidement l’art d’être papa, car sa fille a besoin de lui… Mais ce n’est pas la seule, son petit frère, Adam va, sans le vouloir, lui en faire voir de toutes les couleurs.

Mon avis :

Malorie Blakcman étant une de mes auteures préférées, vous vous doutez bien que je ne vais dire que du bien de son livre ! Un des points que j’ai le plus aimé, c’est que le personnage principal (donc Dante) ne réussit pas tout du premier coup, ce qui souligne son côté fragile et prouve que les garçons ont, eux aussi, le droit d’avoir des problèmes sans nécessairement s’en sortir facilement. L’auteure aborde des sujets assez importants, tels que l’homosexualité et le harcèlement ainsi que de l’adolescence en général, et c’est un bon point.

Côté personnages, les styles « humour décalé » et « narcissique » d’Adam me plaisent, car cela ne fait que renforcer la personnalité du personnage. Et puis… Emma est tellement choupinette !

L’histoire est faite de chapitres de différents points de vue, celui de Dante et celui d’Adam, et c’est juste génial, car cela nous permet de mieux comprendre ce qui est raconté et mieux se fondre dans la peau des personnages. On remarque en fait qu’il n’y a pas que Dante qui est dans la galère, son frère à autant de problèmes personnels que lui.

Le style d’écriture a su me faire plonger la tête la première dans l’histoire dès les premières pages, donc je félicite l’auteure pour ça !

En bref, que du bon pour Boys don’t cry ! Ma note est de 17,5/20 ! Je vous le conseille fortement !

Sur ce, profitez bien de vos vacances (pour ce qui sont en plein dedans) et du nouvel an ! ❤

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Science-Fiction

Critique littéraire n°15 : (Le cycle de) Fondation, I

Bonjour à tous !

Alors, pour commencer, nous tenons à nous excuser pour notre (courte) absence, nous étions en pleine semaine d’examens, alors les révisions sont passées avant les critiques !

Et pour me rattraper, je vous ai préparé une petite critique bien fraîche, sur le premier tome de la saga Fondation, écrite par Isaac Asimov et publié aux éditions Gallimard Jeunesse en 1957 à Paris. Ce roman de science-fiction contient 256 pages !

Tout de suite un petit résumé :

Nous nous trouvons en plein dans l’an premier de l’ère de la Fondation ; une communauté créée par Hari Seldon, ancien psycho-historien, rassemblant tous les meilleurs scientifiques. Leur but ? Écrire l’Encyclopédia Galactica afin de conserver le savoir quand l’ère de la barbarie aura commencé.

Où sont-ils ? Sur Terminus, une petite planète située dans la périphérie de l’Empire. Mais… Ni les scientifiques ni (encore moins) Hari Seldon ne se doutent de ce que l’avenir leur réserve… Ils vont devoir unir leurs forces pour maintenir la Fondation debout.

Mon avis :

En plus d’être un des piliers de la science-fiction, Fondation fait parti de mes livres les plus appréciés (mais pas non plus de mes coups de ❤ , malheureusement, même s’il reste un très bon livre). Je m’explique : je trouve que les personnages et l’univers sont super, même si l’univers aurait mérité un tout petit peu plus de détails. Grâce au fait que le livre soit séparé en 5 nouvelles différentes (qui se suivent dans l’histoire, je vous rassure) permet de ne pas avoir à tout assimiler en même temps, car l’histoire est un peu complexe, mais comme je le disais plus haut, bien expliquée.

En fait, on voit vraiment la Fondation avancer et régler ses problèmes au même rythme que notre lecture (je ne sais pas si c’est assez clair, mais je pense que vous voyez de quoi je parle). Les dirigeants de la Fondation sont tous aussi cool les uns que les autres. J’ai un petit coup de ❤ pour Salvor Hardin qui, malgré son côté culotté et trop audacieux, a quand même réussi à sauver la Fondation des nombreuses griffes de ses prédateurs, et ça, c’est stylé.

En bref, Fondation c’est de l’action, des personnages badass et des batailles de vaisseaux, alors que demander de plus ? Alors, lisez-le (enfin, si vous voulez hein 😉 )

Sur ce, je vous souhaite des joyeuses fêtes à tous ! (Et je m’en vais tout droit sur la boîte de chocolats, car oui, c’est la période 😀 )

Écrit par Miléna 🙂

 

 

à la Une
Publié dans Roman pour adolescents, Science-Fiction

Critique littéraire n°14 : Endgame, l’appel

« Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L’humanité tout entière descend de leur lignée[…] »

Cette phrase vous dit-elle quelque chose ?

Pour ceux qui ont reconnu (vous avez l’œil bravo !), il s’agit de la première phrase du résumé d’Endgame (l’appel), écrit par James Frey et Nils Johnson-Shelton et publié aux éditions J’ai lu. Les 554 pages de ce roman de science-fiction en ont conquis plus d’un… Mais pas moi ! Je crois que c’est la première critique que je fais sur un livre que je n’ai pas aimé… Vive le changement ! Je vous ai quand même concocté un petit résumé, comme à mon habitude :

Ils sont douze jeunes élus issus de peuples anciens. Ils sont l’humanité, héritiers de la Terre, ils vont devoir résoudre la grande énigme, sinon… Nous sommes tous perdus. Pour cela, pas besoin de supers pouvoirs, ils vont juste devoir faire preuve de malice et de sang-froid.

« Il n’y aura qu’un seul vainqueur, cependant, ce qui sera, sera… »

Mon avis :

Endgame ne fait pas parti des livres que j’ai le plus apprécié, je vous l’avoue. Je n’ai pas vraiment accroché avec l’intrigue que j’ai trouvé un petit peu trop complexe : le fait qu’il y ait 12 points de vue (1 par chapitre) différents m’a dérangé car j’ai vite été perdue… De plus, j’ai trouvé que l’action était mal repartie, il y avait des chapitres où il aurait fallut ajouter de l’action et d’autre où il aurait fallut en retirer

De plus, je trouve que le caractère de certains personnages n’est pas très recherché. Sans vouloir être méchante, Endgame m’a beaucoup fait penser à des Hunger Games de bas de gamme. J’ai cependant décidé de laisser une 2ème chance à la saga (car oui j’ai un cœur !) en lisant le tome 2, mais je me suis arrêtée en cours de route et ne l’ai pas terminé.

Côté style d’écriture, bien qu’il ne soit pas mauvais, je l’ai trouvé assez froid et distant par rapport au lecteur.

Bref, je pense que vous l’avez compris : Je n’ai pas aimé la saga littéraire Endgame, mais je sais que beaucoup d’autres l’ont adoré donc je ne dirai pas qu’il est « nul » ou « mal écrit », car visiblement, ce n’est pas le cas.

Ma note : 11/20

Sur ce, à très vite !

Écrit par Miléna 😀

à la Une
Publié dans Découverte, Mini-Interview

Mini-interview, Yves Grevet, SLPJ 2017

Bonjour à tous ! Comme vous devez sûrement le savoir, en ce moment, c’est le salon du livre et de la jeunesse à Montreuil. Nous y sommes allées et avons rencontré plein d’auteurs et personnes très sympathiques (notamment Yves Grevet, Carole Trébor, Cathy Cassidy, Bulledop et j’en passe…). Après avoir fait dédicacer nos livres, nous avons interviewé un des auteurs de la magnifique saga littéraire U4 ; Yves Grevet.

  • D’où vient le prénom Koridwen ?

« Et bien, je cherchais un prénom breton, j’ai été sur prénombreton.com et le prénom Koridwen m’a tapé à l’œil. Ensuite, je me suis renseigné sur son origine, et j’ai vu qu’il était associé à une légende gauloise, mais je ne m’en suis pas servi. Le fait que ce prénom ai une histoire bien à lui m’a plu. »

  • Pourquoi avez-vous choisis une fin si différente des autres ?

« A la base, nous avions prévu d’écrire tous pratiquement la même fin ; nos personnages ne devaient pas réussir leur mission, le deuil de l’adolescence devait être représenté. Mais j’ai vite compris que Koridwen m’emmenait vers un autre chemin, elle était trop croyante en ses rêves et trop accrochée à la mission finale pour abandonner. Alors j’ai fait part de mon idée aux autres auteurs, et après une petite négociation, le tour était joué. »

  • Vous reconnaissez-vous dans certains personnages de l’histoire ?

« Quand on écrit un livre, on se reconnaît dans un peu tous les personnages, qu’ils soient les plus gentils ou au contraire les plus méchants, et pas forcément dans un seul en particulier. »

  • Comment est née l’idée d’écrire cette saga ?

« Avec les autres auteurs de U4, nous nous sommes tous rencontrés dans un salon, avons sympathisé et décidé de ne pas en rester là. Donc nous avons continué à nous voir, et l’idée d’écrire un livre est venue, mais nous ne voulions pas tous écrire le même livre, cela aurait été trop compliqué, alors nous avons décidé d’en écrire 4, racontant la même histoire. Nous en avons parlé à nos éditeurs, et deux ans plus tard, les livres étaient là. »

Nous espérons que ce mini-interview vous à plu, et vous, vous y êtes allé au Salon du livre et de la jeunesse ?

A très vite !

Écrit par Lili et Miléna 🙂

 

 

à la Une
Publié dans Découverte, Roman pour adolescents

Critique littéraire n°13 : L’aube sera grandiose

Bonjour à tous ! En ce moment de l’année, on a tous besoin d’un peu de réconfort (d’un bon chocolat chaud) et de douceur, c’est pour cela que je vais vous parler de L’aube sera grandiose, écrit par Anne-Laure Bondoux et publié aux éditions Gallimard Jeunesse. Ce roman pour adolescents contient 304 pages.

Mon résumé :

Alors que Nine doit aller à la fête de son lycée, sa mère, Tatiana, décide de l’emmener en voiture, vers une destination inconnue, très loin ; à la cabane en bois près du lac. Il est temps de dire la vérité à Nine.

Une nuit blanche pleine de flash-back et de révélations attend les deux jeunes femmes… Nine est-elle prête à encaisser toute cette vérité en seulement une nuit ?

Mon avis :

L’aube sera grandiose est une vraie pépite littéraire, ce roman est d’une extrême douceur et sans trop de prise de tête. L’intrigue et la trame sont très bien menées, d’autant plus que l’histoire traite des sujets assez importants tel que l’adolescence et la séparation dans une famille avec une grande dose de professionnalisme.

J’ai adoré les personnages Consolata et Orion, leurs caractères ainsi que leur dévouement pour leurs proches. Je trouve que malgré la maladie mentale d’Orion, il reste un personnage très intelligent et fort.

Anne-Laure Bondoux sait nous transmettre autant d’émotions fortes que de rire, et c’est super ! Le style d’écriture quant à lui est simple et efficace, j’ai accroché dès les premières pages.

Juste une petite chose que j’aurais aimé pour la fin, j’aurais aimé un petit peu plus de détails sur les retrouvailles tant attendues de la famille décomposée. Après, d’un côté, cette fin si « courte » laisse la place à l’imagination du lecteur. Mais ma curiosité l’emporte cette fois-ci ! Juste une demi-page m’aurait suffit, je vous le promets ! Mais je vous avoue avoir été un tout petit peu déçue par la fin…

Cela n’empêche pas le fait que L’aube sera grandiose est une très belle découverte littéraire pour moi, et c’est pour ça que je vous le conseille !

Sur ce, à très vite, et couvrez vous bien car il caille dehors ! 😀

Écrit par Miléna 😀

 

 

à la Une
Publié dans Coup de <3, Fiction

Critique littéraire n°12 : Les fiancés de l’hiver, La Passe Miroir

Si je vous dis les mots « citacielle », « miroir » et « lunettes« , à quoi pensez-vous ?

Vous avez une idée ? Encore un indice, si je vous dis « Ophélie ». Vous y êtes ?

Bien sûr, aujourd’hui je vais vous présenter le livre La passe miroir, Les fiancés de l’hiver écrit par Christelle Dabos et publié aux éditions Gallimard Jeunesse le 6 juin 2013 ! Ce roman classé « fiction » compte 528 pages, alors autant dire que c’est une grosse lecture !

Aller, j’arrête de vous faire attendre, tout de suite mon résumé :

« Sous ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons particuliers : elle peut lire dans le passé des objets et traverser les miroirs ». C’est pour cela qu’elle tient un musée d’antiquités, sur Anima, sa ville natale. Son quotidien si zen se bouscule quand on la fiance à Thorn, un grand homme au visage froid et aux jambes fines, tout droit sorti du clan des dragons à la Citacielle, la capitale flottante du pôle.

Tout ne se passe pas normalement… Et si on lui cachait quelque chose ? Et si elle s’était embarquée, sans le vouloir, dans un complot de famille, qui plus est peut se trouver mortel ?

Une pépite ce roman, je vous l’assure ;

Christelle Dabos nous embarque dans une autre dimension avec Les fiancés de l’hiver. Et là-bas, tout me plaît, et le personnage Thorn en particulier. Oui, je sais, il ne fait pas parti des personnages les plus aimés… Ce que je préfère chez lui, que l’on se le dise, c’est son caractère de cochon, bien évidemment ! Il peut se montrer si froid et distant d’un côté, mais de l’autre, il est nerveux et peut faire preuve d’inquiétude et d’importance à Ophélie, sa fiancée (oui, cela est très rare, je vous l’accorde). Et c’est ce côté-là qui me plaît le plus, parce que, peut-être qu’il n’est pas aussi méchant et égoïste qu’on ne le croit… Laissez-moi espérer !

Sinon, les autres points forts sont l’univers et l’intrigue, rien à dire dessus. Il y a des rebondissements et les endroits sont très bien décrits, on entre très rapidement et facilement dans l’histoire, on s’y sent vraiment quoi !

Niveau style d’écriture, je trouve que Christelle Dabos a définitivement une très belle plume. L’histoire est écrite à la 3e personne du singulier, ce qui nous permet d’avoir une vue d’ensemble, sans non plus louper des parties du récit !

Et pour terminer, et vous l’avez sûrement deviné ; La passe Miroir fait parti de mes coups de ❤ !

Sur ce, je vous souhaite une bonne fin de semaine !

Écrit par Miléna 😀

 

 

 

à la Une
Publié dans Coup de <3, Roman d'amour

Critique littéraire n°11 : Songe à la douceur

Bonjour bonjour ! Comment allez-vous ? De mon côté, tout va bien ! Alors, aujourd’hui je vais vous présenter un de mes coups de cœur (oui, j’en ai beaucoup, mais je n’y peux rien moi !)

Écrit par Clémentine Beauvais et parut aux éditions Sarcabone le 24 août 2016, Songe à la douceur est une vraie pépite littéraire ! C’est un roman d’amour de 240 pages !

Mon résumé :

L’histoire d’amour de Tatiana et d’Eugène ne s’est pas terminée de la bonne manière quand ils n’étaient encore que des adolescents. Eugène, alors âgé de 17 ans, était sûr de lui et rempli d’ennui, Tatiana elle, du haut de ses 14 ans était romantique et idéaliste. Bien évidemment, elle était tombée amoureuse de lui, et il lui semblait que c’était réciproque. Elle décidait de lui écrire une lettre, et lui, la rejetait…

C’est pour cela, et Dieu ne sait pas par quel moyen, qu’ils se sont revus, par hasard à l’âge adulte. Ils se sont échangé leurs numéros et se sont vus en dehors du travail et Eugène se rend compte qu’il a fait la plus grosse erreur de sa vie. Il va essayer de reconquérir la jeune femme, mais cela va se montrer plus compliqué que prévu, car Tatiana a grandi, et surtout mûrit.

Mon avis :

Ma-gni-fi-que. Voilà l’adjectif qui me vient à l’esprit. Cette histoire est écrite sous forme de poèmes, c’est si fort et beau ! Je félicite l’auteur là, chapeau ! Les personnages ont des caractères très définis, et l’intrigue est bien tenue. Un autre point fort de ce roman : la fin est inattendue, et ça, ça me plaît.

En bref, vous cherchez un livre romantique et sans prise de tête ? Vous venez de trouver votre bonheur !

Sur ce, bonne fin de semaine !

Écrit par Miléna 😀

à la Une
Publié dans Découverte

Mes deux découvertes littéraires préférées.

Bonjour bonjour bonjour !!!!! Ca va ? Moi ça va super et aujourd’hui je suis super contente de vous présentez mes découvertes préférée !

Commençons de suite !

La première n’est autre que le livre: Les magiciens par Lev Grossman.

Les magiciens est un livre inspiré d’une série nommée The Magicians. A moins que ça soit le contraire… Pas très grave, il est juste top !

 

Le second est simplement Songe à la douceur de Clémentine Beauvais. (Miléna fera prochainement une critique dessus ! Je me chargerai des Magiciens) Ce livre a un style d’écriture très personnel et très attachant car il est un peu comme un poème. Quoi qu’il en soit je laisse l’honneur a Miléna de vous le faire découvrir plus en détails.Bonne fin de journée!

Ecrit par Lili 🙂

à la Une
Publié dans Coup de <3, Roman pour adolescents

Critique littéraire n°10 : Entre chiens et loups

Bonjour à tous et bienvenus dans ce nouvel article ! Aujourd’hui, je vais vous parler d’un de mes coups de cœur ; Entre chiens et loups, écrit par Malorie Blackman et publié aux éditions Milan en 2001 (Et au Royaume-Uni pour la version originale) ! Ce roman pour adolescents m’a beaucoup touché !

Tout de suite un résumé :

Dans un monde où tout est inversé, Perséphone Hadley et Callum McGrégor se sont rencontrés, alors qu’ils n’étaient encore que bébés. La mère de Callum s’occupait de Sephy (Perséphone) en tant que baby-sitter, les deux enfants passèrent tout leur temps ensemble, jusqu’au collège. Mme McGrégor fut renvoyée de son poste à cause d’une histoire de tromperie, et les jeunes adolescents eurent l’interdiction de se revoir. Mais, cela ne les empêcha pas de continuer à passer du temps ensemble, en cachette. Pourquoi en cachette ? Car Séphy était une Prima et Callum un Nihil. Les primas avaient la peau noire et le pouvoir et les Nihils la peau blanche et étaient traités comme des moins que rien. Il était inconcevable pour un Nihil et un Prima d’être ami, et encore moins de s’aimer.

Quand Callum fut accepté dans la grande école où Séphy étudiait, tout bascula. Entre amour, amitié, trahison, colère et tristesse, les deux amis en virent de toutes les couleurs.

Pourquoi ai-je tant aimé ce roman ?

J’ai adoré ce premier tome, tout comme les 3 autres d’ailleurs ! L’amour entre Callum et Séphy est tout juste magique, il est fragile, mais en même temps si puissant ! L’intrigue, l’univers, les personnages… Tout me plaît !

De plus, ce roman traite des sujets assez importants tels que le racisme, le respect et l’adolescence. C’est pour ça que je le conseille aux ados (ainsi qu’aux plus âgés ahah !)

Et pour finir, le style d’écriture est assez intéressant, car les chapitres sont alternés entre Sephy et Callum et sont écrits à la première personne du singulier, ce qui permet de mieux comprendre le personnage et de mieux rentrer dans l’histoire. On peut voir l’histoire de deux façons différentes, et c’est un point fort !

En bref, Entre chiens et loups entre dans ma catégorie coups de ❤ !

Je vous souhaite un très bon week-end ! A très vite !

Écrit par Miléna 😀

à la Une
Publié dans Conseils

Mes 3 conseils pour se mettre à la lecture

Bonjour à tous ! Vous avez du mal à accrocher avec la lecture ? Vous trouvez que vous ne lisez pas assez ? Où tout simplement, vous avez besoin de quelques petits conseils ? Je suis là pour ça ! C’est pour cela que je vous retrouve aujourd’hui dans ce nouvel article !

Personnellement, jusqu’à la rentrée au collège, je ne lisais pas beaucoup, voir pas du tout. Pourtant, ce n’est pas les livres qui me manquaient ! Et ce n’est qu’en début de 6e que j’ai eu le déclic pour la lecture, grâce au roman fantastique de Veronica Roth : Divergente. Après cela, j’ai enchainé les livres très rapidement et devins passionnée par ça !

Aller, assez parlé de moi, enchaînons directement avec les conseils !

  1. Pour commencer, trouvez un endroit où vous vous sentez bien ; un fauteuil, votre lit ou même votre canapé, car on lit toujours mieux et plus facilement quand on est bien installé. Il faudra aussi que cet endroit soit éclairé, pour ne pas forcer sur ses yeux et se faire mal.
  2. Éteignez tout ce qui peut vous déconcentrer, tel que votre téléphone ou encore votre télévision.
  3. Et enfin, trouvez un livre qui vous plaît ! Qu’il soit petit ou gros, de genre réaliste ou imaginaire ! Si vous n’arrivez pas à choisir, voici tout de suite une petite liste de quelques genres de livres :
  • Science-Fiction
  • Fantastique (Monde réel + magie)
  • Fantasy (Monde imaginaire + magie)
  • Horreur
  • Aventure
  • Nouvelle (idéal pour commencer dans la lecture !)
  • Romance/Amour
  • Réaliste
  • Historique

Et il y en a encore beaucoup !

Un dernier petit conseil : Amusez vous ! Lisez ce que vous voulez ! Et vous verrez, des fois, les livres valent plus que les films ! 😉

 

Et vous, quel a été votre « déclic » ?

A très vite !

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Fiction

Critique littéraire n°9 : Méto

Bien le bonjour ! Aujourd’hui nouvelle critique sur le livre (Best Seller) de Yves Grevet et édité par Pocket Jeunesse en 2013 : Méto ! Cette trilogie a déjà reçu treize prix littéraires à ce jour.

Allez direction le résumé !

Méto est un jeune garçon qui vit dans une grande maison avec soixante-quatre autres enfants. Tous des garçons. Ils savent tous qu’ils devront partir lorsqu’ils auront trop grandi mais que se passera t’il en sortant de la maison ? C’est ce que ce demande chacun d’eux. Et les Césars ? Qui sont-ils vraiment ? Les seules choses que nous savons d’eux c’est qu’ils sont la pour faire régner l’ordre. Et les professeurs ? Nous ne savons pas grand chose d’eux non plus ! Les garçons étudient la culture des pommes de terre et autres trucs dans le genre. Certaines page de leurs livres ont étés arrachées mais lesquelles et pourquoi?

Mon avis :

Méto est un livre intriguant mais en restant accrochant et l’histoire démarre dès le début. Parfois tout se mélange dans ma tête mais ce problème est vite réglé en continuant la lecture. Je me demande vraiment pourquoi il n’y a que ces soixante-quatre enfants et pas d’autres et j’espère vraiment le découvrir dans les prochains tome ! Ce livre est plutôt adapté aux amateurs de fiction !

Bonne continuation ! Ecrit par Lili ❤

à la Une
Publié dans Fantastique, Fantasy

Critique littéraire n°8: Les soeurs Grimm

Bonjour bonjour bonnes vacances !

Les sœurs Grimm a été écrit par Michael Buckley. Publié pour la première fois en 2005 en anglais par Harry N. Abrams à New York, ce livre est un Best Seller et édité par Pocket Jeunesse ce qui veut dire qu’il est plutôt destiné aux enfants !

Bref. Place au résumé !

Les sœurs Grimm… Oui ? Ce nom vous dit quelque chose ? Evidemment ! Ces deux écrivains ont bercés certains d’entre nous avec leurs contes ! Quel rapport avec les sœurs vous demandez vous ? Elles sont leurs descendantes ! Eh oui !

Sabrina l’intrépide et Daphné l’insouciante sont deux petites orphelines dont les parents ont mystérieusement disparu.

Plusieurs fois elles ont étés envoyées dans des familles d’accueil différentes d’où elles s’échappèrent encore et encore jusqu’à être envoyées chez leur soi-disant grand-mère censée être morte depuis longtemps. Depuis, beaucoup de choses étranges se produisent a Port-Ferries. Intriguant non ?

Ce livre est un mix entre la fantaisie des contes des Frères Grimm et la vie réelle. J’ai trouvé ce livre intéressant et le suspense nous tient jusqu’à la fin !

Malgré l’écriture un peu petite on s’y habitue très rapidement. Il faut vraiment le lire jusqu’à la fin et être très attentifs car le moindre détail est important.

Méfiez-vous des apparences ! C’est un petit conseil…

Bonne lecture ! Ecrit par Lili 🙂

à la Une
Publié dans Fantastique, Fantasy

Critique littéraire n°7 : L’apprenti Epouvanteur

Bonjour à tous ! Alors alors, aujourd’hui je vais vous parler du roman fantastique/ fantasy L’apprenti Epouvanteur, écrit par Joseph Delaney et publié aux éditions Bayard Jeunesse, le 10 mars 2015, en France (et aux éditions Bodley Head à Londres pour la version originale !) Avec 275 pages dans le premier tome, et environ la même somme dans les 11 autres tomes, c’est effectivement une grosse saga littéraire !

Un petit résumé :

Avez-vous peur des sorcières ? Thomas, lui, oui. Enfin… Jusqu’au jour où il devient l’apprenti de l’épouvanteur, un homme mince aux yeux verts et mal vu de tous les habitants du comté où il vit et des comtés voisins. L’épouvanteur, où autrement appelé Gregory est en quelque sorte le combattant et chasseur des esprits maléfiques. Effectivement, les sorcières et les gobelins ont intérêt à bien se tenir quand il est présent.

Tom est le 7e fils de sa famille, comme l’était son père avant lui, il possède un don, comme sa mère ; il peut voir ce que les autres ne voient pas. C’est d’ailleurs pour cela que sa mère fait appel à l’épouvanteur pour le lui présenter.

Tom va devoir faire preuve de courage et de sang-froid durant son apprentissage auprès de son maître, mais involontairement, il libère Mère Malkin, la plus dangereuse des sorcières de son époque… Sa formation ne va pas être de tout repos.

 

Mon avis :

Je vous avoue que je ne lis pas souvent de fantasy, car je n’accroche pas vraiment, mais la, l’univers est fantastique, et je trouve cela très bien ! Je trouve que le style d’écriture est assez simple mais efficace, alors ça me va.

Pour une fois, j’ai trouvé quelques mauvais points dans L’apprenti Epouvanteur. Premièrement, l’intrigue, je trouve qu’elle n’est pas assez recherchée, il n’y a pas assez d’action à mon goût, à part quelques batailles, l’histoire est assez molle, c’est dommage. Mais il y a aussi des points forts ! Tel que les caractères de certains personnages comme celui de la mère de Tom et d’Alice, une amie à lui.

Pour conclure, je conseille Lapprenti Epouvanteur aux amateurs de fantasy et de fantastique, mais si vous cherchez de l’action et de l’aventure, ce roman n’est pas fait pour vous !

Sur ce, je souhaite de bonnes vacances à ceux qui sont en plein dedans !

 

Écrit par Miléna 🙂

 

à la Une
Publié dans Coup de <3, Science-Fiction

Critique littéraire n°6 : La nuit des temps

Bien le bonjour ! Aujourd’hui, je vais vous parler d’un de mes coups de cœurs de l’année : La nuit des temps, écrit par Barjavel et publié aux éditions Presses de la cité, en 1968 ! C’est un merveilleux roman de Science-Fiction de 380 pages dans la version Pocket.

Mon résumé :

Au début, ce n’était qu’une simple mission d’exploration scientifique, en Antarctique. Les chercheurs relèvent l’émission d’un signal venu des profondeurs des glaces. Ils décident de creuser et découvrent à plus de 500 mètres sous la glace l’œuf, un espace sphérique et clos. À l’intérieur se trouvent deux êtres humains ! D’après les données scientifiques des Russes, ils seraient là depuis près de 900 000 ans, soit avant la préhistoire ! Les deux jeunes personnes semblent êtres congelés dans le froid absolu.

Pourquoi, et surtout comment ont-ils pu arriver là ? Cette découverte remet en cause l’histoire de la Terre. Il y avait-il vraiment de la vie, il y a 900 000 ans ? Où est-ce juste une blague ? Comment ont-ils fait pour trouver le froid absolu ?

Il ne manque plus qu’une chose à faire : les réveiller. Et pour cela, toutes les nations vont devoir s’unir et s’entre aider.

Mon avis :

Un chef-d’œuvre, voilà ce que représente La nuit des temps. Une leçon de vie. Je n’ai même pas les mots pour décrire mon ressenti, tellement j’ai aimé ce livre. C’est un mélange de Science-Fiction et d’une grande dose d’amour pur et simple.

Je n’avais pas envie de terminer La nuit des temps, je vous l’avoue. Durant ma lecture, j’ai vraiment eu l’impression de vivre avec l’histoire, de me retrouver moi aussi à l’intérieur de l’EPI 2 ou 3, aux côtés d’Elea et de Simon.

« Au fond, le savoir n’est pas obligé d’être su. »

Voici la phrase qui je pense, représente le mieux pour moi la leçon de vie du livre.

Je vous conseille vraiment ce livre, de plus, c’est un grand classique de Science-Fiction !

Je vous souhaite de bonnes vacances à vous, car oui, c’est les vacances (enfin pas pour tout le monde ahah)

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Coup de <3, Fantastique

Critique littéraire n°5 : Miss Peregrine et les enfants particuliers

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je vais vous parler du roman fantastique de Ransom Riggs : Miss Peregrine et les enfants particuliers, sorti aux Etats-Unis chez Quirk Books, et en France chez la maison d’édition Bayard en 2011 !

 

Tout de suite mon résumé :

N’avez jamais vous cru en l’existence de super pouvoirs durant votre enfance ? Jacob lui, y a cru grâce aux merveilleux récits que son grand-père lui racontait. Ce dernier lui avait souvent parlé d’un orphelinat peuplé d’enfants particuliers dotés de pouvoirs surnaturels, celui de Miss Peregrine.

Un soir, alors qu’il avait maintenant 16 ans, son grand-père fut assassiné par une ignoble créature qui s’enfuit sous les yeux du jeune homme, le bouleversant. Mystérieusement, la créature ressemblait fortement à celles des récits de son grand-père.

Il décide alors de partir à la conquête de la vérité. Il part donc avec son père au large du Pays de Galles, sur l’île de Cairnholm mais trouve le pensionnat de Miss Peregrine en ruine… Et si… Et si les enfants particuliers se trouvaient encore en vie à l’intérieur ? Et si personne ne le croyait ? Que penserait son père si il apprenait que son fils allait là-bas ?

 

Mon avis :

Miss Peregrine et les enfants particuliers dégage quelque chose de magique. L’univers nous emporte dès les premières pages, du 1er au 3ème tome ! J’ai adoré les caractères différents de tous les enfants du pensionnat. Et puis, Jacob et Emma, ne sont-ils pas trop mignons tous les deux ?

En bref, je n’ai que du bon à dire sur ce roman, un vrai régal de magie et de fantastique ! Un de mes coup de ❤ !

 

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Autre, Top

Top 5 de nos livres préférés de tous les temps

 

Bonjour où bonsoir à tous ! Aujourd’hui nous revenons pour vous faire un Top 5 de nos lectures (livres et sagas littéraires) préférées ! Dedans, il y aura un peu de tout, du fantastique, de la science-fiction etc…

Commençons dès maintenant avec les numéros 5 ! (Car oui, n’arrivant pas à nous décider, nous avons mis plusieurs livres en 3ème, 4ème et 5ème position 🙂 )

En 5ème position :

  • Illuminae de Amie Kaufman et Jay Kristoff *
  • Que du bonheur de Rachel Corenblit

En 4ème position arrivent :

  • Divergente de Veronica Roth
  • Le monde de Narnia de C.S. Lewis

Ensuite, en 3ème position :

  • Entre chiens et loups de Malorie Blackman **
  • La couleur de la peur de Malorie Blackman également ! *

La pression commence à monter avec les 2ème positions :

  • Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs **

Et maintenant, veuillez lancer les roulements de tambour… Le livre (où la saga littéraire) qui est à la 1ère position de ce classement n’est d’autre que :

  • Harry Potter de J.K. Rowling ! Évidemment ! Comment passer à côté d’un tel chef-d’œuvre ! Cette saga restera dans nos cœurs à tout jamais !

 

Ce top est maintenant terminé !

A côté des livres où il y a une petite * = Une critique littéraire est à votre disposition sur le blog !

Et à côté des livres où il y a deux petites ** = Une critique est à venir, alors soyez attentifs !

Nous espérons qu’il vous aura plu ! N’hésitez pas à en parler autour de vous ❤

 

Ecrit par Lili et Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Coup de <3, Fantastique, Roman-feuilleton

Critique littéraire n°4 : La ligne Verte

Bien le bonjour ! Aujourd’hui, je reviens pour vous parler de La ligne Verte de Stephen King, publié en 1996 à New York chez la maison d’édition Signet Books !

C’est un roman-feuilleton fantastique, avec 503 pages dans la version poche. (Un roman-feuilleton est un ou plusieurs livre(s) divisé(s) en épisodes, d’où le terme « feuilleton »). Stephen King est plutôt connu pour ses livres d’horreur, mais détrompez-vous, La ligne verte n’en est as un ! Comme je le disais plus tôt, il fait parti de la catégorie Fantastique !

Voici tout de suite un petit résumé :

Paul Edgecomb est un ancien gardien-chef d’un pénitencier dans les années 1930, il nous raconte l’affaire assez particulière d’un de ses détenus : John Caffey. Paul est sur que ce dernier est innocent, pourquoi ? Parce qu’il semble montrer des pouvoirs surnaturels. Et pas n’importe lesquels…

La chaise électrique est encore debout, et elle attend John les bras ouverts. Paul va donc mener son enquête, accompagné de ses plus fidèles alliés : Brutus Howell, Harry Terwilliger et Dean Stanton pour prouver son l’innocence… Mais sont-ils prêts à supporter ce qu’ils vont découvrir ? Et à continuer d’avancer ?

Points forts + mon avis :

Ce roman nous fait réfléchir sur plein de sujets, notamment la peine de mort. Quand j’ai commencé à le lire et durant toute ma lecture, je n’arrivais plus à m’en décrocher, j’étais à fond dedans ! C’est un de mes coups de ❤ !

Il y a des moments tellement stressants et angoissants, j’en ai des frissons ! Mais c’est un point fort rassurez-vous ! Et puis, pour finir, le style d’écriture : J’ai adoré le fait que ce soit écrit comme si Paul nous le racontait !

Écrit par Miléna 🙂