à la Une
Publié dans Post-apocalyptique, Roman pour adolescents

Critique littéraire n°32 : La 5ème vague

Bien le bonjour ! Alors, dans un premier temps, veuillez excuser notre immense absence, pour des raisons personnelles, nous n’avons pas pu poster énormément ces derniers temps…

Mais la bonne nouvelle, c’est que je (miléna) reviens aujourd’hui pour vous parler de ma « 1ère » lecture de l’été ! Il s’agit de La 5ème Vague, écrit par Rick Yancey, et publié dans les éditions Robert Laffont, dans la Collection R le 7 mai 2013. C’est une saga de science-fiction avec une grande dose postapocalyptique, et ce premier tome fait 592 pages, donc c’est un assez gros bouquin ! Mais il se lit rapidement, rassurez-vous ! Aller assez parlé, je passe directement au résumé !

Résumé _

À l’aube de la 5e Vague, sur une bretelle d’autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper … Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés … Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son seul espoir de sauver son petit frère, voire elle-même. Du moins, si Evan est bien celui qu’il prétend … Mais la jeune fille doit d’abord faire des choix : entre confiance et paranoïa, entre courage et désespoir, entre la vie et la mort. Va-t-elle baisser les bras et accepter son triste sort, ou relever la tête et affronter son destin? Car ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort.

 

Mon avis _

Malgré la longueur de ce roman, j’ai été impressionnée par la plume de Rick Yancey ; j’ai adoré découvrir chaque personnage et je vous avoue que j’ai eu un petit coup de cœur pour Sammy.

Durant le début de l’histoire (au moins jusqu’aux deux tiers) j’ai trouvé l’intrigue un petit peu molle et pas très recherchée. Mais heureusement, mon avis a rapidement changé quand j’ai lu le dernier tiers ! Pendant ma lecture, je ne faisais que de me dire « non, ils n’ont pas inventé un truc comme ça ! Je m’y attendais tellement pas ! » Enfin, vous voyez le truc quoi 😀

J’ai beaucoup aimé le fait que l’histoire soit racontée sous différents points de vue, car on pouvait en apprendre davantage sur les deux camps (Eux, et les humains). Par contre, je n’ai pas été très « emportée » dans l’histoire d’amour entre Cassie et Evan, car j’avais franchement peur de tomber dans des clichés et dans des phrases dignes des pires romans à l’eau de rose. Je ne sais pas combien de fois j’ai pu lire des choses telles que « ses beaux yeux couleurs chocolats chauds et noisettes » ou encore « son haleine chocolatée » , on a compris, Evan aime le chocolat ! Pas besoin d’en faire des tonnes ! Mais heureusement, ils se sont rattrapés de justesse vers la fin (en même temps, ils étaient un petit peu en train de sauver leurs peaux 😀 ).

Ce fut peut-être le seul petit « bémol » que j’ai pu remarquer. Sinon, j’ai plutôt apprécié ma lecture, pas de là à en faire un de mes coups de cœur, mais j’attends de voir ce que vaut le tome 2 !

 

Mon avis _(2)

Et vous, l’avez-vous lu ? Vous en avez pensé quoi ? Donnez moi vos avis dans les commentaires !

A très vite pour de nouvelles critiques !

 

Écrit par Miléna 🙂

Publicités
à la Une
Publié dans Horreur, Non classé

Critique littéraire n°31 : Docteur Sleep

Bien le bonjour ! Alors, oui, je sais, ça fait trèèèèèèèès longtemps que je n’ai pas posté de critique(s), donc je vous pris de bien vouloir m’en excuser ahah ! En plus, méchante que je suis, je reviens avec une critique qui n’est malheureusement pas un coup de ❤ ! Pas du tout même… Aller, je vous laisse avec la suite !

 

Titre : Docteur Sleep

Auteur : Stephen King

Date de parution : 30 octobre 2013

Maison d’édition : Albin Michel

Genre : Horreur

Nombre de pages (pour la version poche) : 760

Prix (version poche) : 8,90 euros

 

Résumé _

Danny Torrance, le petit garçon, qui, dans Shining sortait indemne de l’incendie de l’Overlook Palace a grandi. Trente ans plus tard, devenu aide-soignant dans un hospice du New Hampshire, il utilise ses pouvoirs surnaturels pour apaiser les mourants, gagnant ainsi le surnom de « Docteur Sleep ». La rencontre avec Abra Stone, une gamine douée d’un shining phénoménal, va réveiller les démons de Dan, l’obligeant à se battre pour la protéger et sauver son âme…

 

Mon avis _

Alors alors, que dire que dire. Je ne vais pas vous faire croire que ce roman a été un coup de cœur pour moi, tout simplement pour deux raisons :

  • Premièrement, c’était long, très long. 760 pages, ça fait beaucoup ! Surtout que l’histoire racontée n’est pas si énorme que ça.
  • Et deuxièmement, j’ai ressenti plein de moments de vide, de plat et d’ennui car pour moi, l’intrigue n’avançait pas assez rapidement !

Après bien sûr, l’histoire a aussi des bons côtés, comme le style d’écriture, très familier et assez fluide par moments, il était très adapté à l’atmosphère du roman ; sombre et magique. Les personnages étaient aussi très attachants, surtout la petit Abra, et bien évidemment le personnage principal ; Dan Torrance.

Les décors et les différentes scènes étaient aussi très bien décrits. Au contraire de, je pense, au moins la moitié des gens, j’ai été soulagée de ne pas retrouver ce côté « effrayant » dans ce livre. Je n’ai pas du tout ressenti de peur, et ça n’a fait qu’améliorer ma lecture !

Je suis un petit peu partagée par cette lecture, d’un côté je l’ai aimé car l’histoire et les personnages étaient vraiment cools, mais d’un autre j’ai été un petit peu déçue par le côté « ennuyant » et « trop long » du livre, à mon avis, 500 pages auraient largement suffi.

 

Mon avis _(5)

 

Et vous ? Vous l’avez lu ? Vos avis m’intéressent !

A très vite !

Écrit par Miléna 😀

 

à la Une
Publié dans Policier

Critique littéraire n°30 : Dix Petits Nègres

 

Titre : Dix Petits Nègres

Auteur : Agatha Christie

Genre : Policier

Maison d’édition : Le livre de poche

Date de parution : 1940

Nombre de pages : 208

Prix : 5.50 euros

 

Résumé _

Dix personnes toutes les plus banales les unes que les autres se retrouvent sur l’île du nègre ; une île sur laquelle rode un mystère, concernant l’acheteur ou l’acheteuse de cette dernière. S’agirait-il d’un milliardaire ? D’une star ? Personne ne le sait et évidemment tout le monde se pose des questions…

Ces dix personnes ne savent qu’une seule chose en allant là-bas ; un certain M. O’Nyme les y invite, mais ne peut malheureusement pas être présent à leur arrivée.

Ils arrivent dans une splendide villa, gérée par un couple de domestiques fraichement engagés. Sur la table du salon ; 10 petites statues de nègres et dans chaque chambre une comptine racontant l’élimination minutieuse de ces derniers.

Cette voix, sur un disque, qui accuse tour à tour chacun des participants les fait paniquer. Alors, au rythme des couplets de la ronde des Dix Petits Nègres, le nombre des invités commence à diminuer…

 

Mon avis _

Ce fut la première fois que j’ai lu un livre d’Agatha Christie, et je n’ai pas du tout été déçue ! En commençant ma lecture, j’étais un petit peu perplexe, car le début est assez compliqué ; tous les personnages sont présentés un à un de manière très rapide, ce qui fait que si on ne suit pas de manière très concentrée, on est vite perdu.

Mais rassurez-vous, ce moment de complexité ne dure pas longtemps. On a par la suite un plan d’ensemble sur tous les personnages et c’est beaucoup plus clair.

Je trouve que les personnages sont tous très originaux, en passant du vieux juge autoritaire à la secrétaire peureuse. Les décors et différentes scènes sont très bien décrits et puis le suspense est juste oufissime !

On apprend, vers le milieu de l’histoire qu’une des 10 personnes est le ou la coupable. Je n’ai pas soupçonné une seule fois durant ma lecture le bon (ou la bonne) coupable ! On a tellement de doutes, envers lui, puis envers elle ou encore envers eux qu’on s’y perd ! On a tellement envie de connaître la suite que le livre se lit d’une traite !

Donc je m’adresse à vous, amateurs de frissons et de soupçons quand je vous conseille cette petite merveille !

 

Mon avis _(4)

Et vous ? L’avez-vous lu ? Vos avis ?

A très vite !

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Drame, Roman historique

Critique littéraire n°29 : Sobibor

 

Titre : Sobibor

Auteur : Jean Molla

Maison d’édition : Folio

Date de parution : 4 septembre 2003

Nombre de pages : 194

Résumé _

« Emma est une jeune fille atteinte d’anorexie. Appréhendée dans un supermarché pour vol, elle ne peut qu’expliquer : « Je l’ai fait pour qu’on m’arrête ». Pourtant, Emma veut savoir, Emma veut comprendre. « Sobibor », ce nom, prononcé par sa grand-mère polonaise un peu avant sa mort, lui apportera plus que des réponses simples. »

Mon avis _

Franchement, je ne m’attendais pas à être autant touchée par ce roman. Si vous ne l’aviez pas compris, Sobibor est un camp d’extermination de juifs en Pologne, qui a existé durant la Seconde Guerre Mondiale. Dans cette histoire nous allons suivre Emma,une jeune adolescente anorexique qui, après la mort de sa grand-mère, découvre le cahier d’un certain « Jacques Desroches » (qui fut un nazi qui travaillait dans le camp Sobibor). Ce qu’elle découvre en lisant ce fameux cahier est juste épouvantable. Jacques raconte sa vie quotidienne dans le camp avec une indifférence monstrueuse.

Ce fut tellement violent et cruel que j’ai dû, certaines fois, faire une pause et reprendre mon souffle. Tout comme Emma, c’est pour cela que l’histoire est vraiment bien écrite ; moi qui pensais que le style d’écriture allait être compliqué, vous n’imaginez pas mon soulagement quand j’ai vu qu’il était en fait très simple. De plus, on rentre vraiment dans la peau du personnage principal (donc Emma) car on découvre en même temps toutes les horreurs que contient le cahier.

Ce que j’ai trouvé bien dans l’histoire, c’est que l’auteur ne se contente pas seulement de décrire les cruautés des camps d’exterminations mais il décrit aussi la partie « après la guerre »,  c’est-à-dire les souvenirs et les nombreux remords, ainsi que la tristesse due à la perte.  On voit bien que Emma porte un secret bien trop lourd sur ses épaules, et on voit bien qu’à la fin, nombreuses sont les personnes mangées par les remords et la honte.

Je vous conseille vraiment de lire Sobibor, mais il faudra vous armer de courage, car c’est un roman assez dur.

 

Mon avis _(2)

Sur ce, je vous souhaite une bonne fin de semaine !

Écrit par Miléna

à la Une
Publié dans Coup de <3, Roman d'amour, Roman pour adolescents

Critique littéraire n°28 : J’ai avalé un arc-en-ciel

Hello !

Aujourd’hui, alors que j’enchaîne entre mes répétitions de musique, je vais vous parler d’un de mes récents coup de ❤ ; J’ai avalé un arc-en-ciel, écrit par Erwan Ji, et publié aux éditions Nathan le 2 mars 2017. J’ai clairement adoré, mais avant de vous donner mon avis, commençons par le résumé 😀

Résumé _

Je m’appelle Capucine, mais on m’appelle Puce. J’ai dix-sept ans, la peau mate et un accent de Montpellier. Enfin, l’accent, c’est quand je parle français. Je vis aux Etats-Unis depuis que j’ai trois ans. Cette année, il m’est arrivé un truc phénoménal. Retournement de vie, frisson géant, secousse cosmique… Vous appelez ça comme vous voulez, mais la vérité…c’est que j’ai avalé un arc-en-ciel.

Mon avis _

O-U-A-W. Voilà le premier mot qui me vient à l’esprit. J’ai juste adoré ce livre, mais genre vraiment. Ce fut une vraie lecture « feel good », avec des personnages tous plus attachants que les autres et un univers superbe. J’ai tout de suite plongé dans l’histoire, dès les premières pages, et pour cause, Puce est juste trop drôle, elle écrit sur son blog (qui est donc là le livre), donc elle s’adresse directement au(x) lecteur(s), donc on se sent directement plus concerné(s) et absorbé(s) dans l’histoire. De plus, le livre aborde des sujets très importants sans difficultés, comme l’homosexualité et l’adolescence.

J’avais vraiment l’impression d’habiter aux États-Unis, à Delaware, avec Puce et Aiden. J’ai littéralement dévoré le livre, et ce que je n’avais pas envie que ça se termine ! Vivement le tome 2 ! Mais malheureusement, je vais devoir attendre pour le lire car j’ai une P.A.L juste énorme à côté de mon lit 😀 !

La plume de l’auteur a su me transmettre tellement d’émotions, en passant du rire au pleur avec tellement de facilité ! Je n’ai qu’une chose à dire : chapeau ! De plus, j’ai adoré le fait que Puce soit une très grande lectrice, et toutes les références aux livres qu’elle a lu durant l’histoire (comme Harry Potter, Nos étoiles contraires ou encore Hunger Games) Je vous conseille fortement (voir très très très fortement ahah !)

 

Mon avis _(1)

 

Sur ce, je vous laisse ! A très bientôt chers lecteurs !

Écrit par Miléna 🙂 🙂

à la Une
Publié dans Découverte, Roman pour adolescents

Critique littéraire n°27 : La vie à mille décibels

Bien le bonjour !

Je vais vous parler cette fois-ci du roman La vie à mille décibels, écrit par Rachael Lucas et publié aux éditions Albin Michel en 2017. Le nombre de pages est de 320. Aller, direction le résumé !

Résumé _

Grace est une jeune fille drôle et introvertie qui aime plus que tout faire du des balades sur sa jument ; Mabel. Depuis tout petite, elle sait qu’elle est atteinte du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. Alors qu’elle s’apprête à fêter ses 16 ans, sa vie bascule. Entre sa sœur en pleine crise d’adolescence et le garçon sur qui elle flash, Gabe, elle ne sait plus où donner de la tête. Heureusement que sa meilleure amie, Anna, est là pour l’aider dans ce nouveau monde où elle entre la tête la première.

Mon avis _

Avant de lire La vie à mille décibels, je ne connaissais pas l’auteur. Figurez-vous que je suis très contente d’être tombée dessus (par hasard) car ce fut une très belle rencontre pour moi. Malgré le fait que (je l’avoue) j’avais du mal avec les premières pages, car j’avais peur de tomber dans le cliché « d’une adolescente qui tombe amoureuse du beau gosse de son lycée mais qui n’ose pas aller lui parler parce que la garce blonde au yeux bleus lui fait vivre un enfer » mais en fait pas du tout. Alors oui, il y avait bien une garce aux cheveux blonds et aux yeux bleus, et Gabe, (le garçon sur qui Grace craque) était bel et bien le « beau-gosse » du lycée, mais malgré ça, je n’ai pas trouvé l’histoire « clichée ».

J’ai bien aimé la façon dont le livre était écrit, le style d’écriture en soit n’a rien d’exceptionnel mais le fait que l’histoire soit racontée directement par Grace m’a plu, car j’ai pu encore plus me plonger dans les profondeurs de sa personnalité, de son univers et de sa vie. Et ça c’était cool car j’ai pu voir le monde dans un angle différent ; celui d’une adolescente Asperger. Et sa vision des choses n’est pas tout à fait banale. Déjà, elle ne supporte pas les endroits blindés de monde, car elle a une ouïe sur-développée (n’allez pas croire qu’elle a des supers pouvoirs hein, elle a juste ses sens aux maximum de leurs capacités, 24 heures sur 24), et puis elle n’arrive pas à rester concentrée pendant une longue période sans faire de pause, ce qui fait qu’elle est tout le temps très fatiguée et qu’elle se perd souvent dans ses pensées.

Par contre, petit point négatif (car oui, il y a toujours des points négatifs avec moi 😀 ), il y a quelque chose qui ne m’a pas plu : si on enlève le fait que Grace à Asperger, l’histoire n’a plus aucune valeur (je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire), en gros, toute la trame de l’histoire repose sur la maladie de Grace, et je trouve cela un petit peu dommage…

 

Mon avis _(3)

Enfin bref, je suis un petit peu mitigée sur mon avis sur La vie à mille décibels, d’un côté l’histoire m’a plu, mais d’un autre, elle n’était pas si « oufissime » que ça.

Mais peut être que vos avis m’éclairciront ?

Sur ce, à très vite pour de nouvelles aventures ! 😀

Écrit par Miléna 🙂

 

à la Une
Publié dans Roman pour adolescents

Critique littéraire n°26 : des poings dans le ventre

Holà ! Aujourd’hui, je vais vous parler de des poings dans le ventre, écrit par Benjamin Desmares et publié aux éditions Rouergue en 2017 ! Ce roman a gagné, malgré son petit nombre de pages (80 pages seulement, ce que je trouve petit à mon goût) le prix du meilleur roman 2017 au Salon du Livre et de la Jeunesse !

Résumé _

Au collège, Blaise aime utiliser son fameux « Ba-Ba-Bam » ; trois coups directs dans le ventre. Et quand il se fait virer, c’est dans la rue qu’il continue de lâcher sa violence, n’importe quand et sur n’importe qui. Mais Blaise cache quelque chose d’autre que de la haine… si seulement il le savait.

Mon avis _

Bien que l’histoire fut très courte, je l’ai trouvée néanmoins très touchante. On voit bien que Blaise est un adolescent vraiment mal dans sa peau, et très tourmenté par sa peur (qu’il transforme en violence). Il est en train de gâcher sa vie en fumant, et en buvant, alors qu’il n’est qu’en 3ème ! Mais malgré le fait qu’il joue le gros dur, il a peur, il est même terrifié. (A cause de quoi ? Où de qui ? A vous de lire le livre pour le savoir ahah !)

Sinon côté écriture, j’ai trouvé que le fait que le narrateur écrive en s’adressant à la deuxième personne du singulier renforce le lien entre Blaise et le lecteur,  car on a l’impression de lui parler directement.

Et forcément, ce qui m’a le plus touché fut bien la fin, car la coquille de notre gros dur explose et qu’il se rend enfin compte qu’il est en train de foutre sa vie en l’air. Cela nous montre qu’il peut encore y avoir de l’espoir, même quand on est au fond du gouffre, qu’il suffit juste de trouver LA bonne personne sur qui s’appuyer. Et ça, c’est une belle leçon de vie.

En bref, je ne dirais pas que des poings dans le ventre fut un coup de cœur, mais j’ai beaucoup apprécié ! Même si j’aurais aimé que l’histoire soit plus longue et qu’on apprenne plus à connaitre Blaise.

 

Mon avis _(2)

 

Et vous, vos avis ?

Je vous souhaite une bonne fin de week-end.

Écrit par Miléna 😀

à la Une
Publié dans Coup de <3, Fantastique, Merveilleux

Critique littéraire n°25 : La Passe-Miroir tome 2

Bien le bonjour cher(s) lecteur(s) !

Après une petite hésitation (car il s’agit là d’un tome 2 d’une saga littéraire) je reviens pour vous parler du tome 2 de la Passe-Miroir ; « Les disparus du Clairedelune », écrit par Christelle Dabos et publié le 29 novembre 2015 aux éditions Gallimard Jeunesse. Si vous avez aimé le tome 1, alors vous allez forcément aimer le tome 2 ! Grands lecteurs, vous allez êtres contents, le nombre de pages est de 551 !

Résumé _

Tout juste nommée vice-conteuse par le grand et respectable Farouk, Ophélie découvre le vrai visage de la cour. A qui peut-elle faire confiance ? A Thorn ? A Berenilde ? Ou encore à Archibald ?

La situation à la Citacielle ne fait que d’empirer quand des personnalités de la cour commencent à disparaître mystérieusement. Ophélie va se retrouver contre son gré dans une enquête au cœur du pôle, qui l’entraînera au-delà des illusions, tout droit vers une redoutable vérité.

Mon avis _

 

Ayant déjà un très bon avis sur le premier tome, vous vous doutez bien que mon avis n’est que meilleur sur le second ! La magnifique plume de Christelle Dabos a su encore une fois me bouleverser (dans le bon sens du terme évidemment 😀 ) !

Quand on se rend compte de la grandeur de l’univers qu’elle a inventé, (car oui, on peut bien parler d’univers à son niveau) on se dit juste « ouah, là elle a fait fort ». Durant ma lecture, je n’avais qu’une envie ; rejoindre Ophélie et Thorn dans leurs aventures folles ! Car je me sentais tellement près d’eux ! D’ailleurs, en parlant de Thorn, son personnage m’intrigue de plus en plus. Ce qu’il peut se montrer contradictoire ! Mais malgré cela, j’avoue avoir un petit coup de ❤ pour lui.

J’ai vraiment adoré le tome 2 de la Passe-Miroir (surtout le moment où Thorn avoue à Ophélie qu’il… à non, je ne vais pas vous le dire, ce serait du spoil 😀 !), et encore une fois, le fait de terminer le livre m’a rendue triste, il était tellement génial ! Mais heureusement que le tome 3 est là pour me réconforter ! (Je ne sais pas comment je ferai quand je terminerai entièrement la saga moi, je n’ose même pas y penser ahah !)

 

Mon avis _(1)

 

Et vous, l’avez-vous lu ? Vos avis ?

Sur ce, je vous souhaite une bonne fin de week-end !

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Fantastique

Critique littéraire n°24 : Harry Potter et l’enfant maudit

Bien le bonjour ! Premièrement, je tenais à m’excuser pour ma courte absence, je n’avais ne le temps de lire ni le temps d’écrire une critique à vrai dire… Well, je reviens pour vous parler d’Harry Potter et l’enfant maudit, la fameuse pièce de théâtre écrite par Jack Thorne, sur une idée originale de la merveilleuse J.K. Rowling, qui raconte l’histoire d’un des enfants de Harry. Cette pièce de théâtre à été publiée chez Gallimard Jeunesse, le 14 octobre 2016, soit il y a longtemps, oui 😀 Allez, assez parlé, j’enchaîne avec le résumé (Oh, ça rime) !

                                                                            Résumé :

Vingt ans sont passés depuis la bataille de Poudlard. Harry Potter et Ginny Weasley ont grandi et sont devenus père et mère de 3 enfants ; James, Albus Severus et Lily. Ses amis d’enfance, Hermione Granger et Ron Weasley sont eux aussi devenus adultes, et par la même occasion parents de deux enfants : Rose et Hugo.

Mais tout n’est pas aussi clair qu’il n’en paraît. Albus vit une relation très difficile avec son père, à cause de la célébrité de ce dernier. De plus, son meilleur ami, Scorpius Malefoy, est lui sujet à des rumeurs disant qu’il serait le fils caché de Voldemort. Pour couronner le tout, car oui ce n’est pas fini, la cicatrice d’Harry se remet à lui faire mal et les alliés du Seigneur des Ténèbres recommencent à se manifester.

Les ténèbres ne seraient-ils pas en train de refaire surface ?

                                                                           Mon avis :

Alors, vu que cette histoire parle d’Harry Potter, elle mérite déjà une bonne note rien que pour ça. J’ai adoré me replonger dans l’univers d’Harry et du magnifique Poudlard, même si, je l’avoue, j’aurais préféré que ce soit dans un roman et non dans une pièce de théâtre ;

  • Premièrement, ça se lit beaucoup trop vite 😀 ! On n’a pas vraiment le temps de profiter car on ne fait que tourner et tourner les pages, pour ensuite terminer le livre en même pas 3 heures de lecture !
  • Et deuxièmement, on n’a pas assez de détails à mon goût, mais c’est un petit peu normal, vu que c’est une pièce de Théâtre.

Malgré cela, j’ai adoré, évidemment, quoique, j’ai quand même préféré les romans. Les points positifs sont que j’ai facilement reconnu l’univers de J.K. Rowling, malgré le fait que ce soit Jack Thorne qui ait écrit la pièce, sur une idée originale de Rowling, forcément. Évidemment, les personnages ont évolué, mais ce qui est bien, c’est qu’ils n’ont pas perdu leur âme d’adolescence, ainsi que leur personnalité.

De plus, je trouve très bien pensé le fait que notre héros (donc James) retourne dans le passé, mais aussi dans le futur, cela nous permet de nous raccrocher aux 7 anciens tomes de la saga. On y retrouve nos personnages préférés (Mon personnage préféré ? Voldemort évidemment ! 😀 ).

Mais il y a aussi des bons côtés au fait que Harry Potter et l’enfant maudit soit une pièce de théâtre, déjà, cela nous permet de lire autre chose que des romans, donc de découvrir de nouvelles choses. Et puis, pour ceux qui ont aimé le livre, il y a eu la pièce de théâtre adaptée ! (Je ne crois plus qu’elle se fasse encore malheureusement).

Ma note(4)

 

En bref, que du bonheur de retrouver le monde d’Harry et tout ce qui va avec, même si ce fut un petit peu court à mon goût. Je vous le conseille fortement !

Sur ce, à très vite !

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Coup de <3, Horreur

Critique littéraire n°23 : Ça, tome 1

Bonjour à tous ! C’est les vacances, youpi ! (Enfin, pas pour tout le monde ahah). Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre qui m’a totalement fait flipper ; Ça, de Stephen King (alias le boss en horreur), publié aux éditions Le livre de poche, et sortit le 9 novembre 1988 chez l’éditeur Albin Michel.

Résumé :

Nous en sommes en plein été, en 1958 dans la petite ville de Derry, dans le Maine. Le mystérieux meurtre du petit George Denbourgh déclare le commencement du cycle de Ça, un clown affreux qui tue des enfants, en représentant leurs peurs les plus profondes et en les attirant dans les égouts, où il vit. Tous les 27 ans, le cycle infernal recommence et des enfants meurent.

Cet été-là, la bande des ratés réussit à mettre fin au cycle. Depuis, ils vivent leur vie, tous, loin de Derry, enfin tous sauf un. Mike. A la fin de l’été 58, après que la bande des ratés eut prêté serment de revenir si jamais Ça était de retour, Mike fut le seul à rester sur place.

Les jeunes enfants maintenant devenus adultes vivaient leur vie aux quatre coins de l’Amérique, jusqu’au jour où Mike les a appelé. Ça avait recommencé. Entre le passé et le présent, l’âge enfant et l’âge adulte, les anciens membres du club des ratés vont revivre l’horreur une deuxième fois.

Et vous, le supporterez-vous ?

Mon avis :

J’ai flippé, qu’on se le dise. En même temps, c’est du Stephen King, et c’est pour moi, le big boss de l’horreur, qu’on se le dise aussi. En fait, je n’avais pas peur du clown en soi, car je savais qu’il n’allait pas apparaître chez moi, avec ses mille ballons pour me tuer. Soyons un minimum sérieux. Ce qui m’a fait le plus peur, c’est l’univers du livre ; il est tellement glauque et malsain !

Je crois que ce qui est le plus malsain, c’est le fait d’avoir peur en lisant le livre, justement à cause du côté bizarre de l’univers, mais de continuer à le lire (par curiosité, et parce que au fond, on aime se faire peur) en sachant que c’est et que ça devient de plus en plus malsain, et comme ça dans un cercle infernal, enfin vous voyez ce que je veux dire quoi…

J’ai été tentée d’abandonner ma lecture, je vous l’avoue, sûrement à cause de la longueur du livre (800 pages quand même). Mais j’y suis arrivée, et je ne suis pas du tout déçue ! Alors, un conseil, accrochez-vous ! Même si, maintenant que j’y pense, j’ai trouvé la fin un petit peu décevante, disons qu’on ne s’attend pas du tout à ça.

Si je devais vous parler des choses qui m’ont le plus plu dans le livre, je vous parlerais bien des personnages, car ils sont tous supers originaux et attachants (dans un sens assez obscur je vous l’accorde). J’ai eu un petit coup de ❤ pour Richie, le garçon aux mille voix, grâce à sa « grande gueule » et à son grand sens de l’humour. Ben m’a aussi beaucoup touché, sûrement grâce à son goût pour la lecture.

Il y a des scènes que j’ai trouvé très drôles, malgré toutes leurs grossièretés et leurs détails dégoûtants, comme dans à peu près toutes les fois où Ça apparaissait en fait ! De plus, l’auteur aborde dans ce livre des sujets assez importants tels que l’homosexualité, le harcèlement scolaire, le sexisme, le racisme et l’abandon.

 

Ma note(3)

 

En bref, j’ai beaucoup aimé. Et je vous le conseille, même si il va vous falloir du courage !

Sur ce, à très vite

Écrit par Miléna 😀

à la Une
Publié dans Coup de <3, Fiction, Roman pour adolescents

Critique littéraire n°22 : The book of Ivy (tome 1)

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vais vous parler du roman pour adolescents (et distopy) d’Amy Engel, qui à reçu un Best Seller (Et oui, ce n’est pas rien quand même !), publié aux éditions Pocket Jeunesse en novembre 2014, et contenant 300 pages. Il s’agit évidemment de The book of Ivy ! J’avoue, j’ai adoré, mais je vais d’abord vous parler du résumé avant de vous donner mon avis complet !

Mon résumé :

Se marier ? Non, hors de question ! aurait répondu Ivy, la fille du fondateur de Westfall (la ville entourée d’une immense barrière dans laquelle elle vit, avec tous les autres rescapés de la guerre nucléaire) si elle n’avait pas été obligée de le faire.

Mais il se trouve que Bishop Lancaster, son nouveau mari, n’est pas aussi cruel qu’elle ne l’avait imaginé, il est même très gentil. Le seul problème, c’est qu’elle doit le tuer. Elle s’y est préparé toute sa vie, et le moment est enfin arrivé. Mais sera-t-elle capable de le faire ? Va t-elle échouer, ou au contraire commettre l’irréparable ?

Mon avis :

Que dire, que dire…? J’ai adoré, mais genre, vraiment adoré. (Pour vous décrire mon amour envers ce livre sur une échelle, il atteint presque le rang occupé par les Hunger Games et par Divergente, et vous savez mon amour pour eux).

Westfall, qui est l’endroit principal de l’histoire, est juste super original ! La ville me fait penser au district 12 dans les Hunger Games (vous voyez, même l’univers atteint une place importante dans mon classement !)

Je trouve que l’histoire est vraiment bien décrite, et pas trop complexe, les personnages sont attachants, en particulier Ivy (forcément, c’est le personnage principal allez vous me dire), car on voit qu’elle lutte contre ses sentiments et qu’elle défit son destin. Bishop, lui aussi est super ; protecteur, drôle, gentil, intelligent, fort d’esprit et prêt à tout pour sa bien aimée, alors franchement, qui ne rêverait pas d’un prince charmant comme lui ?

La fine plume d’Amy Engel a réussi à me transmettre un paquet d’émotions, en passant du stress extrême aux pleurs puis aux rires. Elle a su  me faire entrer dans l’histoire dès les premières pages, et contrairement à ce qu’on pourrait croire, je suis restée plongée dans le livre jusqu’à la fin du tome 2 ! Le tome 2 fut pour moi  un aussi gros coup de cœur que le premier ! (d’ailleurs, voulez-vous une critique sur le tome 2 ?)

Et pour finir, l’histoire aborde des sujets importants comme le mariage forcé, ainsi que l’adolescence…

En bref, je vous le conseille ! The book of Ivy est juste top !

 

Ma note(3)

Et vous vous l’avez lu ? Si non, allez-vous le faire ?

A très vite !

Écrit par Miléna 😀

à la Une
Publié dans Coup de <3, Roman pour adolescents

Critique littéraire n°21 : Réseau(x)

Vous faites des cauchemars vous ? Sixie, elle, en fait beaucoup, mais genre vraiment beaucoup.

Ce prénom vous dit-il quelque chose ? Non ? Vraiment ? Pourtant, Réseau(x), le roman pour ados dans lequel elle est la vedette n’est pas tout nouveau… Il a écrit par le talentueux Vincent Villeminot et publié aux éditions Nathan le 12 septembre 2013. C’est un assez gros pavé, 364 pages si vous voulez une idée. Aller, j’enchaîne avec le résumé !

Résumé :

Sur les réseaux, tout le monde pense connaître et espionne tout le monde. Sixie, alias SixieDREAMY, n’a que 16 ans quand elle commence à entrer dangereusement dans la grande et dangereuse cyberguerre du site Dream Book Catcher (Autrement appelé le DBK).

A cause de ses cauchemars les plus intimes, elle va devenir la proie et le butin de cette grande chasse à la rébellion. Va-t-elle s’en sortir ? Si oui, de quel côté sera-t-elle ? Se laissera-t-elle tenter par le cote obscur du net ?

Mon avis :

Malgré les nombreux avis négatifs, j’ai beaucoup aimé l’univers de Sixie, voir adoré. Réseau(x) n’est pas un livre pour ados comme les autres, il est travaillé et les personnages sont bien recherchés et originaux. J’avoue cependant que, durant les premiers chapitres, je ne suis pas tout de suite rentrée dans l’histoire, car celle-ci était assez complexe… Mais ce problème à vite été résolu par la suite.

Autre petit point négatif (car oui, il en faut) ; l’action et les rebondissements (le rythme de l’histoire quoi) ralentissent pendant un long moment, donc il faut doubler de concentration pour ne pas décrocher. Heureusement, ils accélèrent vers la fin, ce qui fait qu’on est encore plus plongés dans le cyber univers du DBK…

(Attention, quelques spoils sont présents dans ce paragraphe)

Je crois que le personnage qui m’a le plus intrigué est César, le créateur du PIFR (Play It For Real), alias le meneur discret de la révolution contre les forces de la justice, car je n’ai pas réussi à capter son caractère, il est si bizarre ! D’un côté, il piège les gens qui le suivent puis d’un autre, il les aide à s’échapper du merdier dans lequel il les a LUI-MÊME mené ! Louche non ?

(Fin des quelques spoils 😀)

 

Ma note(2)

Je tenais quand même à féliciter l’auteur, parce que écrire une histoire si originale, ce n’est pas facile ! Le tome 2 de Réseau(x) est dans ma P.A.L. !

Et vous ? Vous l’avez lu ? Vous avez envie de le lire ?

Sur ce, à très vite,

Écrit par Miléna 😀

à la Une
Publié dans Roman pour adolescents

Critique littéraire n°20 : Le cœur en braille

Hello ! 😀

Aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler du roman pour adolescents Le cœur en braille, écrit par Pascal Ruter et publié aux éditions Didier Jeunesse le 6 juin 2012, de 291 pages. Le livre à été adapté en film, au cinéma (forcément allez-vous me dire), mais j’ai franchement été déçue par ce dernier, car je n’ai pas ressenti toutes les émotions transmissent par le livre, et puis les acteurs jouaient mal (à mon goût) et ne ressemblaient pas aux personnages du livre, bref je ne vous le conseille pas, lisez le livre, et ça ira ! Bon, assez parlé, passons directement au résumé ! (Oh, ça rime.)

Résumé :

Victor n’aime pas l’école, où du moins, c’est l’école qui ne l’aime pas. Il aimerait réussir comme Haïcam, son ami le grand égyptien, alias le dieu des échecs. Mais non… Ce n’est pas son truc, lui, ce qu’il aime, c’est parler d’automobile avec son père, se gaver de loukoums avec son ami l’égyptien et écouter les Rolling Stones.

Mais lorsque Marie-José, génie absolu déboule dans sa vie un beau jour de contrôle de maths, c’est tout son univers qui implose…

Mon avis :

J’ai vraiment apprécié Le cœur en braille. J’ai trouvé que l’histoire était originale, très bien écrite et agréable à lire. Vous voulez de la douceur ? En voici en voilà ! Victor est juste top, il n’est peut être pas doué à l’école mais il se donne à fond en dehors, et essaie tant bien que mal de remonter ses résultats ! Haïcam lui, est juste trop drôle avec sa manière de jouer aux échecs et de parler à Victor.

Toujours côté personnages, l’amour entre Victor et Marie-José est juste magique : sans trop de prises de tête ni de superficie.

J’ai eu un coup de ❤ pour certains endroits décrits dans l’histoire comme la loge du père de Haïcam (car oui, c’est le gardien de l’école) ainsi que le garage du père de Victor.

Enfin bref, si vous cherchez un roman doux, magique et rempli de poésie, Le cœur en braille est fait pour vous !

Ma note(1)

Et vous, vos avis ?

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Roman d'amour

Critique littéraire n°19 : Viens, on s’aime

Bien le bonjour !

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une de mes rares « déceptions littéraires », il s’agit en effet de Viens, on s’aime, écrit par Morgane Moncomble et publié aux éditions Hugo Romans, le 14 février 2017. Ce roman de new romance, de 475 pages est d’abord apparut sur le site Wattpad, eut plus d’un million de vues, avant d’être remarqué et publié.

Tout de suite mon résumé :

Violette, une jeune étudiante en stylisme vient d’emménager dans son nouvel appartement. Il lui suffit, un soir de réveillon, de prendre l’ascenseur pour se retrouver bloquée à l’intérieur, en compagnie de son voisin de palier, le bel Ethan… Mais, malheureusement pour elle, il est déjà pris.

Peu de temps après, Ethan se sépare de sa petite amie, et tisse une amitié dangereuse avec Violette, jusqu’à devenir son meilleur ami. Mais cette dernière, de son côté, commence aussi à nouer une jolie idylle avec un autre garçon ; Clément… Dans ce cas, la tentation est-elle un mauvais défaut ?

Mon avis :

J’ai été franchement déçue par ce livre, je m’attendais, d’après les nombreux avis positifs à tomber sur une petite pépite toute droite sortie de Wattpad, mais non, mais genre, pas du tout. Je vous explique pourquoi.

Pour commencer, j’ai trouvé l’histoire bourrée de clichés et de personnages plus faux les uns que les autres… Je vous ai préparé une petite liste, histoire que vos petits yeux y voient plus clair :

  • Le personnage principal, Violette : maladroite, dotée d’un humour décalé et ultra belle (elle ne s’en rend évidemment pas compte).
  • Ethan, le second personnage, comme par hasard : beau gosse aux yeux « bleus azurs teintés de doré, dans lesquels se reflète la mer » (hum hum). Musclé comme un dieu, intelligent, courageux et gentil, manquerait plus qu’il sache faire la cuisine et qu’il soit serviable… Oh mais ! c’est déjà le cas !
  • La meilleure amie : qui dit cliché dit forcement meilleure amie au look particulier, remplie de sarcasme et amatrice des coups d’un soir, bref instable quoi. Mais gentille, car elle aidera notre petite violette durant les coups durs (pauvre petit bout de choux) et la forcera à sortir pour s’amuser, car oui, Violette n’aime pas sortir de chez elle pour aller faire la fête, je ne vous l’avais pas dit ?
  • Et enfin, rien que la première scène (alias le moment qui déclenchera toute l’histoire) ; Violette vient d’aménager, elle est à la bourre car elle doit rejoindre Zoé, sa meilleure amie, pour fêter le réveillon, mais reste bloquée dans l’ascenseur ! Pas de chance ! Mais elle ne reste pas bloquée avec n’importe qui… (roulement de tambour, le suspense est a son comble) c’est effectivement le bel Ethan qui aura la chance de partager ce merveilleux moment avec elle ! De plus, devinez quoi, notre chère violette s’avère être claustrophobe ! Mais pas de panique ! Ethan est pompier !

Enfin bref, passons, mais avant cela, j’ai encore quelques remarques à faire : Pour vous qui avez lu le livre, vous ne trouvez pas que le fait que Violette et Ethan partagent le même lit soit un petit peu bizarre ?

Pour finir, il n’y avait pas assez d’actions ni de rebondissements dans l’histoire pour moi, même si d’un côté, certains auront trouvé la lecture agréable, ce ne fut pas mon ressentis, désolé.

 

Ma note

Ouaw, en me relisant, je suis en train de réaliser que je n’ai dis que du mal de Viens, on s’aime… Alors après ce n’est que mon avis personnel, et je comprends tout à fait toute les personnes qui ont aimé ce roman, bien entendu !

Sur ce, bonne fin de weekend à vous

Écrit par Miléna

à la Une
Publié dans Coup de <3, Roman pour adolescents

Critique littéraire n°18 : Tortues à l’infini.

Bonjour à tous ! Bonne année à vous ! (Même si je pense que l’on vous l’a souhaité plus d’une fois, ce n’est pas grave ahah !).

Aujourd’hui je vais vous parler d’un de mes coups de ❤ de la fin de l’année 2017, il s’agit de Tortues à l’infini, écrit par le magnifique John Green et publié aux éditions Gallimard Jeunesse le 10 octobre 2017 ! Pour ce qui est du genre du livre, c’est un roman pour adolescents, comme la plupart des œuvres de l’auteur ! Ses 352 pages ont su faire chavirer mon cœur… Je vous expliquerai pourquoi en vous donnant mon avis !

Mon résumé :

Aza, 16 ans, a tout pour être heureuse, mais elle a grandi avec une pathologie psychologique, qu’elle désigne comme sa spirale. Sa vie changera-t-elle quand elle reverra Davis, son ami d’enfance, qui est aussi le fils d’un milliardaire disparu et recherché ?

Va-t-elle réussir sa mission (qui n’est pas de tout repos) : retrouver le père du jeune homme, contre une grosse somme d’argent. Mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

Mon avis :

Super, génial, merveilleux ! Je pense que vous avez compris ; j’ai adoré ! En même temps, il s’agit là d’un des livres de John Green allez-vous me dire… L’univers est vraiment top, je trouve qu’il est assez bien travaillé,sans non plus en faire trop. J’ai particulièrement été touchée par l’Île au trésor, qui représente l’enfance d’Aza et son amitié avec Davis. Ainsi que le restaurant où se retrouvent d’abord les deux meilleures amies puis les deux amoureux, qui lui me fait penser à un endroit de paix, assez intime, où nos héros pourront passer du temps à réfléchir…

Quant aux personnages, j’ai eu un gros coup de ❤ pour Aza, bien évidemment, bien que sa maladie la ronge et la rende quelques fois très renfermée sur elle-même, son caractère m’a marqué car elle n’abandonne pas, elle nous a même fait comprendre (avec d’autres mots) à la fin du livre « Je vais me détruire puis me reconstruire, car la vie est faite ainsi », et je trouve cela très courageux de sa part. Elle nous partage aussi ses sentiments et ses peurs avec une facilité déconcertante, et cela nous permet de mieux entrer d’en l’histoire de limite la vivre avec elle.

Parlons maintenant du style d’écriture : déjà que je le trouve exquis (comme dans Nos étoiles contraires, qui est aussi un de mes livres préférés, d’ailleurs, ça vous dirait une critique dessus ? Si oui, hop hop hop filez en commentaires ahah !) , je l’ai trouvé encore plus intime dans Tortues à l’infini (et je pense que c’est l’effet recherché car John Green souffre lui-même de cette maladie). Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, je n’ai pas du tout trouvé l’histoire « clichée » (Davis étant un fils de milliardaire et Aza une jeune fille de classe moyenne).

Pour finir, je pense qu’il n’y a que du bon dans ce roman, c’est pour cela que je vous le conseille fortement !

Sur ce, à très vite dans une prochaine critique !

Écrit par Miléna 😀

à la Une
Publié dans Coup de <3, Découverte, Fantastique, Roman pour adolescents, Roman-feuilleton

Critique littéraire n°17: Les magiciens.

Bonne année ! Désolée pour ce silence mais mon ordinateur s’est cru en vacances ! Bref aujourd’hui je vais vous parler de la trilogie de Lev Grossman Les magiciens. Edité par l‘Atalante ce livre a été adapté en série diffusée par Syfy.

Qui a dit que la magie n’existait pas ?

C’est à Brooklyn qu’habite Quentin notre personnage principal. Il a 17 ans et c’est un adolescent brillant. Attendant d’intégrer une université de prestige il regrette le temps de son enfance où les « Chroniques de Fillory » le faisait rêver. Tout bascula le jour où il fût admis dans une université pas comme les autres. Brakebills est une école très secrète formant des magiciens !

Le monde réel même associé à la magie n’apporte pas forcément le bonheur… Il faudrait que l’univers de Fillory soit réel mais qui sait ?

Ce livre est vraiment un de mes coups de coeur et il est surtout adapté aux adultes et aux adolescents mais vraiment pas aux enfants. En le lisant j’ai vraiment eu du mal a m’arrêter. C’est vraiment une grande découverte! Je vais vous laisser la parce que mon ordinateur commence réellement à m’énerver..

Gros bisous et bonne soirée !! Lili

à la Une
Publié dans Roman pour adolescents

Critique littéraire n°16 : Boys don’t cry

Bonjour à tous ! Tout d’abord, joyeux Noël ! J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes en compagnie de vos proches et que le père Noël vous a gâté ! 😉

Aujourd’hui je vais vous parler d’un des livres d’une de mes auteures préférées ; Malorie Blackman, le livre s’intitule Boys don’t cry et a été publié aux éditions Milan, en 2011. C’est un roman pour adolescents de 320 pages, mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, il se lit rapidement !

Résumé :

Qui a dit que les garçons ne pleuraient jamais ?

A seulement 17 ans, Dante, un jeune étudiant qui attend avec appréhension les résultats de ses examens se retrouve avec un bébé sous les bras. Et pas n’importe lequel. Il s’agit en effet de sa fille, Emma. Comment va-t-il faire ? Et ses études ? Comment l’avouer à son père ? Et surtout, est-elle vraiment sa fille ?

Le jeune pré adulte va devoir apprendre rapidement l’art d’être papa, car sa fille a besoin de lui… Mais ce n’est pas la seule, son petit frère, Adam va, sans le vouloir, lui en faire voir de toutes les couleurs.

Mon avis :

Malorie Blakcman étant une de mes auteures préférées, vous vous doutez bien que je ne vais dire que du bien de son livre ! Un des points que j’ai le plus aimé, c’est que le personnage principal (donc Dante) ne réussit pas tout du premier coup, ce qui souligne son côté fragile et prouve que les garçons ont, eux aussi, le droit d’avoir des problèmes sans nécessairement s’en sortir facilement. L’auteure aborde des sujets assez importants, tels que l’homosexualité et le harcèlement ainsi que de l’adolescence en général, et c’est un bon point.

Côté personnages, les styles « humour décalé » et « narcissique » d’Adam me plaisent, car cela ne fait que renforcer la personnalité du personnage. Et puis… Emma est tellement choupinette !

L’histoire est faite de chapitres de différents points de vue, celui de Dante et celui d’Adam, et c’est juste génial, car cela nous permet de mieux comprendre ce qui est raconté et mieux se fondre dans la peau des personnages. On remarque en fait qu’il n’y a pas que Dante qui est dans la galère, son frère à autant de problèmes personnels que lui.

Le style d’écriture a su me faire plonger la tête la première dans l’histoire dès les premières pages, donc je félicite l’auteure pour ça !

En bref, que du bon pour Boys don’t cry ! Ma note est de 17,5/20 ! Je vous le conseille fortement !

Sur ce, profitez bien de vos vacances (pour ce qui sont en plein dedans) et du nouvel an ! ❤

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Science-Fiction

Critique littéraire n°15 : (Le cycle de) Fondation, I

Bonjour à tous !

Alors, pour commencer, nous tenons à nous excuser pour notre (courte) absence, nous étions en pleine semaine d’examens, alors les révisions sont passées avant les critiques !

Et pour me rattraper, je vous ai préparé une petite critique bien fraîche, sur le premier tome de la saga Fondation, écrite par Isaac Asimov et publié aux éditions Gallimard Jeunesse en 1957 à Paris. Ce roman de science-fiction contient 256 pages !

Tout de suite un petit résumé :

Nous nous trouvons en plein dans l’an premier de l’ère de la Fondation ; une communauté créée par Hari Seldon, ancien psycho-historien, rassemblant tous les meilleurs scientifiques. Leur but ? Écrire l’Encyclopédia Galactica afin de conserver le savoir quand l’ère de la barbarie aura commencé.

Où sont-ils ? Sur Terminus, une petite planète située dans la périphérie de l’Empire. Mais… Ni les scientifiques ni (encore moins) Hari Seldon ne se doutent de ce que l’avenir leur réserve… Ils vont devoir unir leurs forces pour maintenir la Fondation debout.

Mon avis :

En plus d’être un des piliers de la science-fiction, Fondation fait parti de mes livres les plus appréciés (mais pas non plus de mes coups de ❤ , malheureusement, même s’il reste un très bon livre). Je m’explique : je trouve que les personnages et l’univers sont super, même si l’univers aurait mérité un tout petit peu plus de détails. Grâce au fait que le livre soit séparé en 5 nouvelles différentes (qui se suivent dans l’histoire, je vous rassure) permet de ne pas avoir à tout assimiler en même temps, car l’histoire est un peu complexe, mais comme je le disais plus haut, bien expliquée.

En fait, on voit vraiment la Fondation avancer et régler ses problèmes au même rythme que notre lecture (je ne sais pas si c’est assez clair, mais je pense que vous voyez de quoi je parle). Les dirigeants de la Fondation sont tous aussi cool les uns que les autres. J’ai un petit coup de ❤ pour Salvor Hardin qui, malgré son côté culotté et trop audacieux, a quand même réussi à sauver la Fondation des nombreuses griffes de ses prédateurs, et ça, c’est stylé.

En bref, Fondation c’est de l’action, des personnages badass et des batailles de vaisseaux, alors que demander de plus ? Alors, lisez-le (enfin, si vous voulez hein 😉 )

Sur ce, je vous souhaite des joyeuses fêtes à tous ! (Et je m’en vais tout droit sur la boîte de chocolats, car oui, c’est la période 😀 )

Écrit par Miléna 🙂

 

 

à la Une
Publié dans Roman pour adolescents, Science-Fiction

Critique littéraire n°14 : Endgame, l’appel

« Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L’humanité tout entière descend de leur lignée[…] »

Cette phrase vous dit-elle quelque chose ?

Pour ceux qui ont reconnu (vous avez l’œil bravo !), il s’agit de la première phrase du résumé d’Endgame (l’appel), écrit par James Frey et Nils Johnson-Shelton et publié aux éditions J’ai lu. Les 554 pages de ce roman de science-fiction en ont conquis plus d’un… Mais pas moi ! Je crois que c’est la première critique que je fais sur un livre que je n’ai pas aimé… Vive le changement ! Je vous ai quand même concocté un petit résumé, comme à mon habitude :

Ils sont douze jeunes élus issus de peuples anciens. Ils sont l’humanité, héritiers de la Terre, ils vont devoir résoudre la grande énigme, sinon… Nous sommes tous perdus. Pour cela, pas besoin de supers pouvoirs, ils vont juste devoir faire preuve de malice et de sang-froid.

« Il n’y aura qu’un seul vainqueur, cependant, ce qui sera, sera… »

Mon avis :

Endgame ne fait pas parti des livres que j’ai le plus apprécié, je vous l’avoue. Je n’ai pas vraiment accroché avec l’intrigue que j’ai trouvé un petit peu trop complexe : le fait qu’il y ait 12 points de vue (1 par chapitre) différents m’a dérangé car j’ai vite été perdue… De plus, j’ai trouvé que l’action était mal repartie, il y avait des chapitres où il aurait fallut ajouter de l’action et d’autre où il aurait fallut en retirer

De plus, je trouve que le caractère de certains personnages n’est pas très recherché. Sans vouloir être méchante, Endgame m’a beaucoup fait penser à des Hunger Games de bas de gamme. J’ai cependant décidé de laisser une 2ème chance à la saga (car oui j’ai un cœur !) en lisant le tome 2, mais je me suis arrêtée en cours de route et ne l’ai pas terminé.

Côté style d’écriture, bien qu’il ne soit pas mauvais, je l’ai trouvé assez froid et distant par rapport au lecteur.

Bref, je pense que vous l’avez compris : Je n’ai pas aimé la saga littéraire Endgame, mais je sais que beaucoup d’autres l’ont adoré donc je ne dirai pas qu’il est « nul » ou « mal écrit », car visiblement, ce n’est pas le cas.

Ma note : 11/20

Sur ce, à très vite !

Écrit par Miléna 😀

à la Une
Publié dans Découverte, Mini-Interview

Mini-interview, Yves Grevet, SLPJ 2017

Bonjour à tous ! Comme vous devez sûrement le savoir, en ce moment, c’est le salon du livre et de la jeunesse à Montreuil. Nous y sommes allées et avons rencontré plein d’auteurs et personnes très sympathiques (notamment Yves Grevet, Carole Trébor, Cathy Cassidy, Bulledop et j’en passe…). Après avoir fait dédicacer nos livres, nous avons interviewé un des auteurs de la magnifique saga littéraire U4 ; Yves Grevet.

  • D’où vient le prénom Koridwen ?

« Et bien, je cherchais un prénom breton, j’ai été sur prénombreton.com et le prénom Koridwen m’a tapé à l’œil. Ensuite, je me suis renseigné sur son origine, et j’ai vu qu’il était associé à une légende gauloise, mais je ne m’en suis pas servi. Le fait que ce prénom ai une histoire bien à lui m’a plu. »

  • Pourquoi avez-vous choisis une fin si différente des autres ?

« A la base, nous avions prévu d’écrire tous pratiquement la même fin ; nos personnages ne devaient pas réussir leur mission, le deuil de l’adolescence devait être représenté. Mais j’ai vite compris que Koridwen m’emmenait vers un autre chemin, elle était trop croyante en ses rêves et trop accrochée à la mission finale pour abandonner. Alors j’ai fait part de mon idée aux autres auteurs, et après une petite négociation, le tour était joué. »

  • Vous reconnaissez-vous dans certains personnages de l’histoire ?

« Quand on écrit un livre, on se reconnaît dans un peu tous les personnages, qu’ils soient les plus gentils ou au contraire les plus méchants, et pas forcément dans un seul en particulier. »

  • Comment est née l’idée d’écrire cette saga ?

« Avec les autres auteurs de U4, nous nous sommes tous rencontrés dans un salon, avons sympathisé et décidé de ne pas en rester là. Donc nous avons continué à nous voir, et l’idée d’écrire un livre est venue, mais nous ne voulions pas tous écrire le même livre, cela aurait été trop compliqué, alors nous avons décidé d’en écrire 4, racontant la même histoire. Nous en avons parlé à nos éditeurs, et deux ans plus tard, les livres étaient là. »

Nous espérons que ce mini-interview vous à plu, et vous, vous y êtes allé au Salon du livre et de la jeunesse ?

A très vite !

Écrit par Lili et Miléna 🙂

 

 

à la Une
Publié dans Découverte, Roman pour adolescents

Critique littéraire n°13 : L’aube sera grandiose

Bonjour à tous ! En ce moment de l’année, on a tous besoin d’un peu de réconfort (d’un bon chocolat chaud) et de douceur, c’est pour cela que je vais vous parler de L’aube sera grandiose, écrit par Anne-Laure Bondoux et publié aux éditions Gallimard Jeunesse. Ce roman pour adolescents contient 304 pages.

Mon résumé :

Alors que Nine doit aller à la fête de son lycée, sa mère, Tatiana, décide de l’emmener en voiture, vers une destination inconnue, très loin ; à la cabane en bois près du lac. Il est temps de dire la vérité à Nine.

Une nuit blanche pleine de flash-back et de révélations attend les deux jeunes femmes… Nine est-elle prête à encaisser toute cette vérité en seulement une nuit ?

Mon avis :

L’aube sera grandiose est une vraie pépite littéraire, ce roman est d’une extrême douceur et sans trop de prise de tête. L’intrigue et la trame sont très bien menées, d’autant plus que l’histoire traite des sujets assez importants tel que l’adolescence et la séparation dans une famille avec une grande dose de professionnalisme.

J’ai adoré les personnages Consolata et Orion, leurs caractères ainsi que leur dévouement pour leurs proches. Je trouve que malgré la maladie mentale d’Orion, il reste un personnage très intelligent et fort.

Anne-Laure Bondoux sait nous transmettre autant d’émotions fortes que de rire, et c’est super ! Le style d’écriture quant à lui est simple et efficace, j’ai accroché dès les premières pages.

Juste une petite chose que j’aurais aimé pour la fin, j’aurais aimé un petit peu plus de détails sur les retrouvailles tant attendues de la famille décomposée. Après, d’un côté, cette fin si « courte » laisse la place à l’imagination du lecteur. Mais ma curiosité l’emporte cette fois-ci ! Juste une demi-page m’aurait suffit, je vous le promets ! Mais je vous avoue avoir été un tout petit peu déçue par la fin…

Cela n’empêche pas le fait que L’aube sera grandiose est une très belle découverte littéraire pour moi, et c’est pour ça que je vous le conseille !

Sur ce, à très vite, et couvrez vous bien car il caille dehors ! 😀

Écrit par Miléna 😀

 

 

à la Une
Publié dans Coup de <3, Fiction

Critique littéraire n°12 : Les fiancés de l’hiver, La Passe Miroir

Si je vous dis les mots « citacielle », « miroir » et « lunettes« , à quoi pensez-vous ?

Vous avez une idée ? Encore un indice, si je vous dis « Ophélie ». Vous y êtes ?

Bien sûr, aujourd’hui je vais vous présenter le livre La passe miroir, Les fiancés de l’hiver écrit par Christelle Dabos et publié aux éditions Gallimard Jeunesse le 6 juin 2013 ! Ce roman classé « fiction » compte 528 pages, alors autant dire que c’est une grosse lecture !

Aller, j’arrête de vous faire attendre, tout de suite mon résumé :

« Sous ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons particuliers : elle peut lire dans le passé des objets et traverser les miroirs ». C’est pour cela qu’elle tient un musée d’antiquités, sur Anima, sa ville natale. Son quotidien si zen se bouscule quand on la fiance à Thorn, un grand homme au visage froid et aux jambes fines, tout droit sorti du clan des dragons à la Citacielle, la capitale flottante du pôle.

Tout ne se passe pas normalement… Et si on lui cachait quelque chose ? Et si elle s’était embarquée, sans le vouloir, dans un complot de famille, qui plus est peut se trouver mortel ?

Une pépite ce roman, je vous l’assure ;

Christelle Dabos nous embarque dans une autre dimension avec Les fiancés de l’hiver. Et là-bas, tout me plaît, et le personnage Thorn en particulier. Oui, je sais, il ne fait pas parti des personnages les plus aimés… Ce que je préfère chez lui, que l’on se le dise, c’est son caractère de cochon, bien évidemment ! Il peut se montrer si froid et distant d’un côté, mais de l’autre, il est nerveux et peut faire preuve d’inquiétude et d’importance à Ophélie, sa fiancée (oui, cela est très rare, je vous l’accorde). Et c’est ce côté-là qui me plaît le plus, parce que, peut-être qu’il n’est pas aussi méchant et égoïste qu’on ne le croit… Laissez-moi espérer !

Sinon, les autres points forts sont l’univers et l’intrigue, rien à dire dessus. Il y a des rebondissements et les endroits sont très bien décrits, on entre très rapidement et facilement dans l’histoire, on s’y sent vraiment quoi !

Niveau style d’écriture, je trouve que Christelle Dabos a définitivement une très belle plume. L’histoire est écrite à la 3e personne du singulier, ce qui nous permet d’avoir une vue d’ensemble, sans non plus louper des parties du récit !

Et pour terminer, et vous l’avez sûrement deviné ; La passe Miroir fait parti de mes coups de ❤ !

Sur ce, je vous souhaite une bonne fin de semaine !

Écrit par Miléna 😀

 

 

 

à la Une
Publié dans Coup de <3, Roman d'amour

Critique littéraire n°11 : Songe à la douceur

Bonjour bonjour ! Comment allez-vous ? De mon côté, tout va bien ! Alors, aujourd’hui je vais vous présenter un de mes coups de cœur (oui, j’en ai beaucoup, mais je n’y peux rien moi !)

Écrit par Clémentine Beauvais et parut aux éditions Sarcabone le 24 août 2016, Songe à la douceur est une vraie pépite littéraire ! C’est un roman d’amour de 240 pages !

Mon résumé :

L’histoire d’amour de Tatiana et d’Eugène ne s’est pas terminée de la bonne manière quand ils n’étaient encore que des adolescents. Eugène, alors âgé de 17 ans, était sûr de lui et rempli d’ennui, Tatiana elle, du haut de ses 14 ans était romantique et idéaliste. Bien évidemment, elle était tombée amoureuse de lui, et il lui semblait que c’était réciproque. Elle décidait de lui écrire une lettre, et lui, la rejetait…

C’est pour cela, et Dieu ne sait pas par quel moyen, qu’ils se sont revus, par hasard à l’âge adulte. Ils se sont échangé leurs numéros et se sont vus en dehors du travail et Eugène se rend compte qu’il a fait la plus grosse erreur de sa vie. Il va essayer de reconquérir la jeune femme, mais cela va se montrer plus compliqué que prévu, car Tatiana a grandi, et surtout mûrit.

Mon avis :

Ma-gni-fi-que. Voilà l’adjectif qui me vient à l’esprit. Cette histoire est écrite sous forme de poèmes, c’est si fort et beau ! Je félicite l’auteur là, chapeau ! Les personnages ont des caractères très définis, et l’intrigue est bien tenue. Un autre point fort de ce roman : la fin est inattendue, et ça, ça me plaît.

En bref, vous cherchez un livre romantique et sans prise de tête ? Vous venez de trouver votre bonheur !

Sur ce, bonne fin de semaine !

Écrit par Miléna 😀

à la Une
Publié dans Découverte

Mes deux découvertes littéraires préférées.

Bonjour bonjour bonjour !!!!! Ca va ? Moi ça va super et aujourd’hui je suis super contente de vous présentez mes découvertes préférée !

Commençons de suite !

La première n’est autre que le livre: Les magiciens par Lev Grossman.

Les magiciens est un livre inspiré d’une série nommée The Magicians. A moins que ça soit le contraire… Pas très grave, il est juste top !

 

Le second est simplement Songe à la douceur de Clémentine Beauvais. (Miléna fera prochainement une critique dessus ! Je me chargerai des Magiciens) Ce livre a un style d’écriture très personnel et très attachant car il est un peu comme un poème. Quoi qu’il en soit je laisse l’honneur a Miléna de vous le faire découvrir plus en détails.Bonne fin de journée!

Ecrit par Lili 🙂

à la Une
Publié dans Coup de <3, Roman pour adolescents

Critique littéraire n°10 : Entre chiens et loups

Bonjour à tous et bienvenus dans ce nouvel article ! Aujourd’hui, je vais vous parler d’un de mes coups de cœur ; Entre chiens et loups, écrit par Malorie Blackman et publié aux éditions Milan en 2001 (Et au Royaume-Uni pour la version originale) ! Ce roman pour adolescents m’a beaucoup touché !

Tout de suite un résumé :

Dans un monde où tout est inversé, Perséphone Hadley et Callum McGrégor se sont rencontrés, alors qu’ils n’étaient encore que bébés. La mère de Callum s’occupait de Sephy (Perséphone) en tant que baby-sitter, les deux enfants passèrent tout leur temps ensemble, jusqu’au collège. Mme McGrégor fut renvoyée de son poste à cause d’une histoire de tromperie, et les jeunes adolescents eurent l’interdiction de se revoir. Mais, cela ne les empêcha pas de continuer à passer du temps ensemble, en cachette. Pourquoi en cachette ? Car Séphy était une Prima et Callum un Nihil. Les primas avaient la peau noire et le pouvoir et les Nihils la peau blanche et étaient traités comme des moins que rien. Il était inconcevable pour un Nihil et un Prima d’être ami, et encore moins de s’aimer.

Quand Callum fut accepté dans la grande école où Séphy étudiait, tout bascula. Entre amour, amitié, trahison, colère et tristesse, les deux amis en virent de toutes les couleurs.

Pourquoi ai-je tant aimé ce roman ?

J’ai adoré ce premier tome, tout comme les 3 autres d’ailleurs ! L’amour entre Callum et Séphy est tout juste magique, il est fragile, mais en même temps si puissant ! L’intrigue, l’univers, les personnages… Tout me plaît !

De plus, ce roman traite des sujets assez importants tels que le racisme, le respect et l’adolescence. C’est pour ça que je le conseille aux ados (ainsi qu’aux plus âgés ahah !)

Et pour finir, le style d’écriture est assez intéressant, car les chapitres sont alternés entre Sephy et Callum et sont écrits à la première personne du singulier, ce qui permet de mieux comprendre le personnage et de mieux rentrer dans l’histoire. On peut voir l’histoire de deux façons différentes, et c’est un point fort !

En bref, Entre chiens et loups entre dans ma catégorie coups de ❤ !

Je vous souhaite un très bon week-end ! A très vite !

Écrit par Miléna 😀

à la Une
Publié dans Conseils

Mes 3 conseils pour se mettre à la lecture

Bonjour à tous ! Vous avez du mal à accrocher avec la lecture ? Vous trouvez que vous ne lisez pas assez ? Où tout simplement, vous avez besoin de quelques petits conseils ? Je suis là pour ça ! C’est pour cela que je vous retrouve aujourd’hui dans ce nouvel article !

Personnellement, jusqu’à la rentrée au collège, je ne lisais pas beaucoup, voir pas du tout. Pourtant, ce n’est pas les livres qui me manquaient ! Et ce n’est qu’en début de 6e que j’ai eu le déclic pour la lecture, grâce au roman fantastique de Veronica Roth : Divergente. Après cela, j’ai enchainé les livres très rapidement et devins passionnée par ça !

Aller, assez parlé de moi, enchaînons directement avec les conseils !

  1. Pour commencer, trouvez un endroit où vous vous sentez bien ; un fauteuil, votre lit ou même votre canapé, car on lit toujours mieux et plus facilement quand on est bien installé. Il faudra aussi que cet endroit soit éclairé, pour ne pas forcer sur ses yeux et se faire mal.
  2. Éteignez tout ce qui peut vous déconcentrer, tel que votre téléphone ou encore votre télévision.
  3. Et enfin, trouvez un livre qui vous plaît ! Qu’il soit petit ou gros, de genre réaliste ou imaginaire ! Si vous n’arrivez pas à choisir, voici tout de suite une petite liste de quelques genres de livres :
  • Science-Fiction
  • Fantastique (Monde réel + magie)
  • Fantasy (Monde imaginaire + magie)
  • Horreur
  • Aventure
  • Nouvelle (idéal pour commencer dans la lecture !)
  • Romance/Amour
  • Réaliste
  • Historique

Et il y en a encore beaucoup !

Un dernier petit conseil : Amusez vous ! Lisez ce que vous voulez ! Et vous verrez, des fois, les livres valent plus que les films ! 😉

 

Et vous, quel a été votre « déclic » ?

A très vite !

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Fiction

Critique littéraire n°9 : Méto

Bien le bonjour ! Aujourd’hui nouvelle critique sur le livre (Best Seller) de Yves Grevet et édité par Pocket Jeunesse en 2013 : Méto ! Cette trilogie a déjà reçu treize prix littéraires à ce jour.

Allez direction le résumé !

Méto est un jeune garçon qui vit dans une grande maison avec soixante-quatre autres enfants. Tous des garçons. Ils savent tous qu’ils devront partir lorsqu’ils auront trop grandi mais que se passera t’il en sortant de la maison ? C’est ce que ce demande chacun d’eux. Et les Césars ? Qui sont-ils vraiment ? Les seules choses que nous savons d’eux c’est qu’ils sont la pour faire régner l’ordre. Et les professeurs ? Nous ne savons pas grand chose d’eux non plus ! Les garçons étudient la culture des pommes de terre et autres trucs dans le genre. Certaines page de leurs livres ont étés arrachées mais lesquelles et pourquoi?

Mon avis :

Méto est un livre intriguant mais en restant accrochant et l’histoire démarre dès le début. Parfois tout se mélange dans ma tête mais ce problème est vite réglé en continuant la lecture. Je me demande vraiment pourquoi il n’y a que ces soixante-quatre enfants et pas d’autres et j’espère vraiment le découvrir dans les prochains tome ! Ce livre est plutôt adapté aux amateurs de fiction !

Bonne continuation ! Ecrit par Lili ❤

à la Une
Publié dans Fantastique, Fantasy

Critique littéraire n°8: Les soeurs Grimm

Bonjour bonjour bonnes vacances !

Les sœurs Grimm a été écrit par Michael Buckley. Publié pour la première fois en 2005 en anglais par Harry N. Abrams à New York, ce livre est un Best Seller et édité par Pocket Jeunesse ce qui veut dire qu’il est plutôt destiné aux enfants !

Bref. Place au résumé !

Les sœurs Grimm… Oui ? Ce nom vous dit quelque chose ? Evidemment ! Ces deux écrivains ont bercés certains d’entre nous avec leurs contes ! Quel rapport avec les sœurs vous demandez vous ? Elles sont leurs descendantes ! Eh oui !

Sabrina l’intrépide et Daphné l’insouciante sont deux petites orphelines dont les parents ont mystérieusement disparu.

Plusieurs fois elles ont étés envoyées dans des familles d’accueil différentes d’où elles s’échappèrent encore et encore jusqu’à être envoyées chez leur soi-disant grand-mère censée être morte depuis longtemps. Depuis, beaucoup de choses étranges se produisent a Port-Ferries. Intriguant non ?

Ce livre est un mix entre la fantaisie des contes des Frères Grimm et la vie réelle. J’ai trouvé ce livre intéressant et le suspense nous tient jusqu’à la fin !

Malgré l’écriture un peu petite on s’y habitue très rapidement. Il faut vraiment le lire jusqu’à la fin et être très attentifs car le moindre détail est important.

Méfiez-vous des apparences ! C’est un petit conseil…

Bonne lecture ! Ecrit par Lili 🙂

à la Une
Publié dans Fantastique, Fantasy

Critique littéraire n°7 : L’apprenti Epouvanteur

Bonjour à tous ! Alors alors, aujourd’hui je vais vous parler du roman fantastique/ fantasy L’apprenti Epouvanteur, écrit par Joseph Delaney et publié aux éditions Bayard Jeunesse, le 10 mars 2015, en France (et aux éditions Bodley Head à Londres pour la version originale !) Avec 275 pages dans le premier tome, et environ la même somme dans les 11 autres tomes, c’est effectivement une grosse saga littéraire !

Un petit résumé :

Avez-vous peur des sorcières ? Thomas, lui, oui. Enfin… Jusqu’au jour où il devient l’apprenti de l’épouvanteur, un homme mince aux yeux verts et mal vu de tous les habitants du comté où il vit et des comtés voisins. L’épouvanteur, où autrement appelé Gregory est en quelque sorte le combattant et chasseur des esprits maléfiques. Effectivement, les sorcières et les gobelins ont intérêt à bien se tenir quand il est présent.

Tom est le 7e fils de sa famille, comme l’était son père avant lui, il possède un don, comme sa mère ; il peut voir ce que les autres ne voient pas. C’est d’ailleurs pour cela que sa mère fait appel à l’épouvanteur pour le lui présenter.

Tom va devoir faire preuve de courage et de sang-froid durant son apprentissage auprès de son maître, mais involontairement, il libère Mère Malkin, la plus dangereuse des sorcières de son époque… Sa formation ne va pas être de tout repos.

 

Mon avis :

Je vous avoue que je ne lis pas souvent de fantasy, car je n’accroche pas vraiment, mais la, l’univers est fantastique, et je trouve cela très bien ! Je trouve que le style d’écriture est assez simple mais efficace, alors ça me va.

Pour une fois, j’ai trouvé quelques mauvais points dans L’apprenti Epouvanteur. Premièrement, l’intrigue, je trouve qu’elle n’est pas assez recherchée, il n’y a pas assez d’action à mon goût, à part quelques batailles, l’histoire est assez molle, c’est dommage. Mais il y a aussi des points forts ! Tel que les caractères de certains personnages comme celui de la mère de Tom et d’Alice, une amie à lui.

Pour conclure, je conseille Lapprenti Epouvanteur aux amateurs de fantasy et de fantastique, mais si vous cherchez de l’action et de l’aventure, ce roman n’est pas fait pour vous !

Sur ce, je souhaite de bonnes vacances à ceux qui sont en plein dedans !

 

Écrit par Miléna 🙂

 

à la Une
Publié dans Coup de <3, Science-Fiction

Critique littéraire n°6 : La nuit des temps

Bien le bonjour ! Aujourd’hui, je vais vous parler d’un de mes coups de cœurs de l’année : La nuit des temps, écrit par Barjavel et publié aux éditions Presses de la cité, en 1968 ! C’est un merveilleux roman de Science-Fiction de 380 pages dans la version Pocket.

Mon résumé :

Au début, ce n’était qu’une simple mission d’exploration scientifique, en Antarctique. Les chercheurs relèvent l’émission d’un signal venu des profondeurs des glaces. Ils décident de creuser et découvrent à plus de 500 mètres sous la glace l’œuf, un espace sphérique et clos. À l’intérieur se trouvent deux êtres humains ! D’après les données scientifiques des Russes, ils seraient là depuis près de 900 000 ans, soit avant la préhistoire ! Les deux jeunes personnes semblent êtres congelés dans le froid absolu.

Pourquoi, et surtout comment ont-ils pu arriver là ? Cette découverte remet en cause l’histoire de la Terre. Il y avait-il vraiment de la vie, il y a 900 000 ans ? Où est-ce juste une blague ? Comment ont-ils fait pour trouver le froid absolu ?

Il ne manque plus qu’une chose à faire : les réveiller. Et pour cela, toutes les nations vont devoir s’unir et s’entre aider.

Mon avis :

Un chef-d’œuvre, voilà ce que représente La nuit des temps. Une leçon de vie. Je n’ai même pas les mots pour décrire mon ressenti, tellement j’ai aimé ce livre. C’est un mélange de Science-Fiction et d’une grande dose d’amour pur et simple.

Je n’avais pas envie de terminer La nuit des temps, je vous l’avoue. Durant ma lecture, j’ai vraiment eu l’impression de vivre avec l’histoire, de me retrouver moi aussi à l’intérieur de l’EPI 2 ou 3, aux côtés d’Elea et de Simon.

« Au fond, le savoir n’est pas obligé d’être su. »

Voici la phrase qui je pense, représente le mieux pour moi la leçon de vie du livre.

Je vous conseille vraiment ce livre, de plus, c’est un grand classique de Science-Fiction !

Je vous souhaite de bonnes vacances à vous, car oui, c’est les vacances (enfin pas pour tout le monde ahah)

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Coup de <3, Fantastique

Critique littéraire n°5 : Miss Peregrine et les enfants particuliers

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je vais vous parler du roman fantastique de Ransom Riggs : Miss Peregrine et les enfants particuliers, sorti aux Etats-Unis chez Quirk Books, et en France chez la maison d’édition Bayard en 2011 !

 

Tout de suite mon résumé :

N’avez jamais vous cru en l’existence de super pouvoirs durant votre enfance ? Jacob lui, y a cru grâce aux merveilleux récits que son grand-père lui racontait. Ce dernier lui avait souvent parlé d’un orphelinat peuplé d’enfants particuliers dotés de pouvoirs surnaturels, celui de Miss Peregrine.

Un soir, alors qu’il avait maintenant 16 ans, son grand-père fut assassiné par une ignoble créature qui s’enfuit sous les yeux du jeune homme, le bouleversant. Mystérieusement, la créature ressemblait fortement à celles des récits de son grand-père.

Il décide alors de partir à la conquête de la vérité. Il part donc avec son père au large du Pays de Galles, sur l’île de Cairnholm mais trouve le pensionnat de Miss Peregrine en ruine… Et si… Et si les enfants particuliers se trouvaient encore en vie à l’intérieur ? Et si personne ne le croyait ? Que penserait son père si il apprenait que son fils allait là-bas ?

 

Mon avis :

Miss Peregrine et les enfants particuliers dégage quelque chose de magique. L’univers nous emporte dès les premières pages, du 1er au 3ème tome ! J’ai adoré les caractères différents de tous les enfants du pensionnat. Et puis, Jacob et Emma, ne sont-ils pas trop mignons tous les deux ?

En bref, je n’ai que du bon à dire sur ce roman, un vrai régal de magie et de fantastique ! Un de mes coup de ❤ !

 

Écrit par Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Autre, Top

Top 5 de nos livres préférés de tous les temps

 

Bonjour où bonsoir à tous ! Aujourd’hui nous revenons pour vous faire un Top 5 de nos lectures (livres et sagas littéraires) préférées ! Dedans, il y aura un peu de tout, du fantastique, de la science-fiction etc…

Commençons dès maintenant avec les numéros 5 ! (Car oui, n’arrivant pas à nous décider, nous avons mis plusieurs livres en 3ème, 4ème et 5ème position 🙂 )

En 5ème position :

  • Illuminae de Amie Kaufman et Jay Kristoff *
  • Que du bonheur de Rachel Corenblit

En 4ème position arrivent :

  • Divergente de Veronica Roth
  • Le monde de Narnia de C.S. Lewis

Ensuite, en 3ème position :

  • Entre chiens et loups de Malorie Blackman **
  • La couleur de la peur de Malorie Blackman également ! *

La pression commence à monter avec les 2ème positions :

  • Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs **

Et maintenant, veuillez lancer les roulements de tambour… Le livre (où la saga littéraire) qui est à la 1ère position de ce classement n’est d’autre que :

  • Harry Potter de J.K. Rowling ! Évidemment ! Comment passer à côté d’un tel chef-d’œuvre ! Cette saga restera dans nos cœurs à tout jamais !

 

Ce top est maintenant terminé !

A côté des livres où il y a une petite * = Une critique littéraire est à votre disposition sur le blog !

Et à côté des livres où il y a deux petites ** = Une critique est à venir, alors soyez attentifs !

Nous espérons qu’il vous aura plu ! N’hésitez pas à en parler autour de vous ❤

 

Ecrit par Lili et Miléna 🙂

à la Une
Publié dans Coup de <3, Fantastique, Roman-feuilleton

Critique littéraire n°4 : La ligne Verte

Bien le bonjour ! Aujourd’hui, je reviens pour vous parler de La ligne Verte de Stephen King, publié en 1996 à New York chez la maison d’édition Signet Books !

C’est un roman-feuilleton fantastique, avec 503 pages dans la version poche. (Un roman-feuilleton est un ou plusieurs livre(s) divisé(s) en épisodes, d’où le terme « feuilleton »). Stephen King est plutôt connu pour ses livres d’horreur, mais détrompez-vous, La ligne verte n’en est as un ! Comme je le disais plus tôt, il fait parti de la catégorie Fantastique !

Voici tout de suite un petit résumé :

Paul Edgecomb est un ancien gardien-chef d’un pénitencier dans les années 1930, il nous raconte l’affaire assez particulière d’un de ses détenus : John Caffey. Paul est sur que ce dernier est innocent, pourquoi ? Parce qu’il semble montrer des pouvoirs surnaturels. Et pas n’importe lesquels…

La chaise électrique est encore debout, et elle attend John les bras ouverts. Paul va donc mener son enquête, accompagné de ses plus fidèles alliés : Brutus Howell, Harry Terwilliger et Dean Stanton pour prouver son l’innocence… Mais sont-ils prêts à supporter ce qu’ils vont découvrir ? Et à continuer d’avancer ?

Points forts + mon avis :

Ce roman nous fait réfléchir sur plein de sujets, notamment la peine de mort. Quand j’ai commencé à le lire et durant toute ma lecture, je n’arrivais plus à m’en décrocher, j’étais à fond dedans ! C’est un de mes coups de ❤ !

Il y a des moments tellement stressants et angoissants, j’en ai des frissons ! Mais c’est un point fort rassurez-vous ! Et puis, pour finir, le style d’écriture : J’ai adoré le fait que ce soit écrit comme si Paul nous le racontait !

Écrit par Miléna 🙂